Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

24/05/2018

Snobisme anti-français ?

JOUBERT.jpgA travers ce coup de gueule, je n’ai pas envie de déclencher à nouveau la guerre entre les deux France taurines.

L’aficionado du Sud-Ouest toujours prompt a porté un regard critique et condescendant sur le touriste du Sud-Est. Lui détenant la vérité du « vrai toro » et du « toreo de verdad ».

Bon, on peut parfois leur donner raison quand certains palcos se perdent dans une avalanche de trophées dans certaines de nos arènes.

Mais ce n’est pas le sujet.

Vic-Fezensac : 0 français au cartel.

Substitution de Vanegas ? Sebastian Ritter !

Je n’ai rien contre ce brave Colombien qui fait 2 à 3 corridas par an en Europe – ses bonnes années -, mais ne peut-on pas donner le poste à un Français ?

Après 4 jours à Nîmes entre aficionados de pacotille, nous, touristes invétérés, on a trouvé que Thomas Dufau et Juan Leal s’en sont sortis avec les honneurs devant les Partido. Marc Serrano a été bon à Alès. Alors l’excuse de dire qu’aucun français ne voulait tuer la corrida de Los Maños et Valdellan, j’ai des doutes. Pourvu qu’on les paie le convenio.

Plus beau encore, Mimizan !

On répète les toros qui ont triomphé l’an dernier.

Très bien, rien à dire. 

Lire la suite

15/04/2018

Kike triomphe en compagnie de Baptiste Cissé à Vergeze pour ses débuts en piquée

IMG_3622.JPGLa traditionnelle novillada de Vergeze à forte coloration nationale revêtait une grande importance pour les trois novilleros locaux qui affrontaient des novillos issus de cinq fers français. 

Une date importante en début de temporada avant la construction des cartels printaniers et estivaux. Baptiste Cissé (silence et deux oreilles) et Kike qui débutait en piqué (deux oreilles et blessure) ont ouvert la grande parte tandis que le Biterrois Carlos Olsina n'a pu obtenir de trophée (ovation et silence).

C'est avec plaisir qu'on a assisté au triomphe de Kike pour sa présentation en piquée en coupant deux oreilles d'un bon novillo de Gallon avant de recevoir une cornada à la mise à mort de son second marqué du fer de Barcelo.

Car ce novillero du sud-ouest a séduit lors d'une rencontre impromptue chez Juan Pedro Domecq en mars dernier au cours d'un tentadero de Juan Leal (cf infographie de la tienta ci-dessous).

Lire la suite

14/04/2018

Temporada cruciale pour l’avenir de Carlos Olsina

portrait.jpgArticle Midi Libre de Mardi

Ce dimanche  à Vergèze (16h), le novillero biterrois jouera une carte importante pour la suite de sa saison face à deux concurrents français. 

Alors que le report au 1er mai du gala taurin de dimanche à Béziers a privé Carlos Olsina d’un galop d’entraînement grandeur nature, le Biterrois va débuter sa temporada 2018 à Vergèze dimanche face à du bétail de différentes ganaderias françaises (François André, Gallon et Dos Hermanas).

Auréolé du prix de triomphateur de la Feria de Béziers pour sa présentation face aux toros de trois ans, Carlos Olsina aborde sa première saison en novillada piquée rempli d’espoirs. Il s’est installé à Gerena depuis 18 mois, un village très taurin jouxtant Séville, où s’entraînent Roca Rey, Manuel Escribano, Thomas Dufau et Andy Younes.

Partageant une séquence de toreo de salon avec Manuel Escribano, l’ancien élève de l’école taurine de Béziers est apparu affuté et motivé fin mars lors d’une visite pour remettre le Prix Midi Libre au torero sévillan.

Lire la suite

09/04/2018

Reseña de la novillada de Pedraza à Garlin hier par Florent MOREAU...

GARLIN.jpgMais pour aller à Garlin, il faut passer par Aire.

Pour la première fois depuis ce foutu 17 juin 2017.

A Aire, là où coule l'Adour, il y a cette longue allée, et au bout les arènes.

En les regardant, on a encore du mal à réaliser le malheur qui s'y est tramé.

Une plaza de toros reste une plaza de toros, mais celle-ci, comme un vaisseau en béton, les jours de pluie, où il n'y a pas de corridas, n'offre guère un paysage joyeux. Il faut dire aussi que l'architecture des années 70, et l'urbanisme de cette époque-là en général, n'a pas fait que des choses heureuses.

Mais l'on retournera voir des toros et des toreros à Aire, bientôt. 


Pluie constante donc ce dimanche matin, sur le chemin de Garlin.

De quoi craindre un effet sur le déroulement ou non des deux courses de la journée.

En Espagne, ces derniers temps, il pleut beaucoup... sur les guichets aussi serait-on tenté de dire. Car pas mal de corridas de l'autre côté des Pyrénées ne sont plus annulées au moment du paseo à cause de la flotte, mais quelques jours auparavant pour cause de "prévisions météorologiques de pluie".

 

Lire la suite

PEDRAZA TOUR 2018. Découvrez la camada qui se produira à Madrid, Vic, Béziers et Dax.

pedraza de yeltes,feria de beziers,feria de dax,feria de vicSi la ganadería de Pedraza de Yeltes est en haut de l'affiche, cela fait seulement cinq ans qu'elle s'est présentée en France.

Et ce ne sont que six arènes qui ont eu le privilège d'en avoir. 


Garlin d'abord, qui depuis 2013, programme chaque année au mois d'avril une journée Pedraza de Yeltes avec huit novillos, deux le matin pour une fiesta campera de qualification, et six l'après-midi en novillada.

L'autre arène qui a proposé des novillos de Pedraza, c'est Saint-Perdon, pour la traditionnelle novillada-concours aux arènes de Mont-de-Marsan, à quatre reprises. 
L'émotion, en tauromachie, ne se quantifie pas en toros graciés, en tours de piste ou en sorties en triomphe. Mais la régularité de ce récent élevage est plus que surprenante. 
44 novillos combattus, entre ceux des novilladas et fiestas camperas de Garlin, et ceux des novilladas-concours de Saint-Perdon. Six exemplaires primés d'un tour de piste, et deux fois le prix au meilleur novillo à Saint-Perdon.

Lire la suite

08/04/2018

Un dernier brindis à Serge Calmel

PHOTO CALMEL 1.jpgLes obsèques de ce grand aficionado biterrois se sont déroulés samedi matin. Retrouvez le papier écrit pour Midi Libre...

Alors que le mundillo local pleurait encore la disparition récente de Richard Pascal, la tauromachie biterroise souffre une nouvelle fois de la disparition d’un de ses pères.

Serge Calmel, dont la santé était fragile ces derniers mois, a contribué à l’éducation taurine de toute une génération de Biterrois – dont votre serviteur- au côté de Max Tastavi, Richard Pascal, Francis Andreu et Didier Bertrand. Dans les années 80, la salle de l’Union taurine biterroise (UTB) affichait systématiquement « no hay billetes » tous les mardis soirs pour visionner les films des corridas que cet architecte de profession réalisait dans les arènes françaises ou espagnoles.

Erudit de tauromachie, Serge Calmel aimait disserter pendant des heures sur les encastes, les robes des toros ou la ganaderia de Miura qu’il connaissait par cœur et adorait tant. D’ailleurs, il a présidé les Miurada de Béziers pendant de longues années. Epicurien et passionné, il s’investissait pleinement dans ses deux autres hobbies : le bowling et les Harley Davidson.

 

Lire la suite

30/03/2018

Le monde taurin accompagne Luc Jalabert pour sa dernière vuelta

LUC JALABERT.jpgCe matin, le monde taurin a rendu un dernier hommage à Luc Jalabert dans ses arènes d'Arles.

Plutôt qu'une nouvelle photo de cette dernière vuelta, on préfère montrer celle que Juan Bautista, son fils, a posté.

Son regard en dit long sur le personnage.

De la force, de la tendresse et toute la fierté et l'amour d'un père. Beaucoup de beauté rajouteront les dames...

Alors Luc Jalabert continuera de veiller au-dessus de la tauromachie française car il laisse un héritage énorme. 

A ses enfants, bien-sûr, à qui il a transmis sa passion pour la Camargue, le toro, la tauromachie et les arènes d'Arles. Et certainement des milliers de choses en plus.

A la tauromachie où il a mené avec talent les arènes d'Arles et d'autres plazas françaises. La Goyesque de la Feria du Riz est sa plus bel oeuvre car cette date s'est imposée parmi les moments phares du calendrier taurin au côté de la Beneficiencia à Madrid, la Resurreccion à Séville et la Goyesque de Ronda.

Sans oublier sa passion comme ganadero et son rôle de pionnier pour le rejoneo français qui a ouvert les portes du Portugal et de l'Espagne à Marie Sara puis Lea Vicens.

Comme torero, il a joué le rôle de Nimeño pour les Bautista et Castella.

Sans faire partie de son cercle d'intimes, les quelques rencontres avec Luc Jalabert dans les callejon ou les soirées (comme ce repas partagé pour la dernière soirée Midi Libre en 2017) étaient des moments savoureux.

Luc rayonnait par son humour, son aficion, ses connaissances taurines et culturelles, son humilité et sa gentillesse.

Son départ est une grande perte, mais il restera à jamais une icone de la tauromachie française. 

Et, nul doute, que Lola et Juan Bautista sauront mettre en valeur son bel héritage.

DEP


S.G

 

29/03/2018

Souvenirs d'Ivan Fandiño: quel plus beau symbole pour relancer Corrida y Campo

DSC_4883.JPGPendant plus de cinq ans, alimenter un blog taurin comme seul rédacteur est à la fois passionnant et épuisant. Depuis un an, Corrida y Campo est en sommeil trop pris par des impératifs professionnels et ma mission de chroniqueur taurin pour Midi Libre.

Après une discussion avec trois aficionados qui partageons la même passion et une vision globalement similaire de la tauromachie et son avenir, nous avons décidé de relancer l'aventure.

Des aficionados qui partageront leur amour pour le toro et la Fiesta et commenteront l'actualité avec des regards différents.

Florent Moreau, chroniqueur taurin pour Semana Grande, doté d'une superbe plume et d'une connaissance aiguisée de l'histoire du toreo.

Pascal Londero, Président de Club taurin à Toulouse et qui est monté au palco à de nombreuses reprises, est un promoteur de la Fiesta en faisant la promotion sur une terre d'aficionados trop longtemps privée de toros.

Et l'inclassable El Néné, dont la page Goraficion séduit les aficionados. Car derrière ses dessins ou ses montages à la Cabu, se cache une profonde aficion. El Néné a cette capacité à faire passer des messages percutants en un visuel. Qui vaut des tonnes de pages d'écriture.  

Il nous a semblé que relancer ce blog le jour de l'anniversaire de l'encerrona d'Ivan Fandiño à Madrid était le jour idéal. Pour la beauté de ce geste, pour le combat qu'il a mené pour atteindre les sommets, pour la singularité de ce maestro une fois installé.

Pour lui rendre hommage et ne jamais l'oublier avec un rapide texte de Florent Moreau (qui aura l'occasion de laisser courir sa plume avec plus de profondeurs les prochaines fois) et des photos (malgré les difficultés, quelle sincérité dans les estocades...) pour ce souvenir de cette tarde qui aurait pu changer la tauromachie.

Et qui malheureusement a fait basculer sa carrière. 

Stéphan GUIN

Lire la suite

11/04/2017

OFFICIEL: Cartels de la Feria de Béziers 2017

les-arenes-ont-ete-erigees-en-1897-elles-appartiennent_814025_667x333.jpgRobert Margé a dévoilé ce matin les cartels de la Feria de Béziers depuis le Théâtre de la ville.

Quatre corridas, une novillada piquée et deux novilladas non piquées seront organisées du 12 au 15 août.

Côté toro, à noter la présence de Miura et Victorino Martin sur les deux dernières corridas.

Au niveau des toreros, présentation de Lea Vicens et un alléchant mano a mano entre Juan Bautista et Rafaelillo face aux Miura.

Castella, Ponce, Roca Rey, Talavante et Manzanares seront les principales figuras de la Feria.

Les cartels:

Samedi 12 août : toros de Nuñez del Cuvillo (et Bohorquez pour le rejon) pour Sébastien Castella, José Maria Manzanares et Lea Vicens.
Dimanche 13 août : toros de Garcia Jimenez pour Enrique Ponce, Alejandro Talavante et Andres Roca Rey.
Lundi 14 août : toros de Victorino Martin pour Manuel Escribano, David Mora et Mehdi Savalli. 
Dimanche 15 août matin : Novillos de Margé pour Adrien Salenc, Jesus Enrique Colombo et Carlos Olsina.
Toros de Miura pour Rafaelillo  et Juan Bautista  mano a mano.

Réservations au 04.67.76.13.45 et sur internet www.arenes-de-beziers.com 

05/04/2017

Camada 2017 de Rehuelga et corrida de Madrid

corrida madrid rehuelga, photo corrida madrid rehuelga, camada 2017 rehuelga, photos camada 2017 rehuelgaReportage réalisé à Benalup le 3 mars 2017

Au milieu des villages blancs, au bout d’un chemin goudronné, mais cabossé, se dresse au pied des contre monts la finca de Rehuelga.

Aux abords de Benalup, à quelques encablures de l’Océan, la propriété de Rafael Buendia est sans prétention et deux cercados sont réservés pour les deux corridas de l’année.

L’immense enclos vallonné jouxtant le cortijo est réservé pour les huit toros qui concourront à Madrid le mercredi 7 juin avec Fernando Robleño, Alberto Aguilar et Pérez Mota.

Une corrida forte et sérieuse qui ne devrait connaître aucun souci aux reconicimientos.

Héritier d’une branche pure des Buendia, branche Santa Coloma très prisée actuellement, Rafael Buendia possède une seconde corrida qui sera lidié dans un pueblo de Cadiz.

Un lot moins sérieux mais bien plus dans le type Buendia qui plaira aux amoureux de cet encaste avec des armures réduites et un trapio dans le type zootechnique.

Dommage qu’aujourd’hui, un ganadero qui veut passer l’étape des reconocimientos de Las Ventas doivent s’éloigner du trapio de l’encaste original.

L’éternel débat avec certains aficionados dits « toristes » qui se veulent les défenseurs des encastes dits « minoritaires » et qui exigent des toros hors du type en trapio et cornes.

Allez comprendre…

Lire la suite