Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/11/2012

L'édito d'André Viard dans Terres Taurines

VIARD.jpgAndré Viard a pris le parti, depuis quelques mois, d'adopter une posture toriste volontariste.

Si le ton n'a pas toujours été le même il y a quelques années, on ne peut que partager ses constats et son analyse dans son excellent édito de ce jour sur son site Terres Taurines.


IMPRESSIONS D'AUTOMNE     

                                                                                                        Entre suivisme béat et ironie constructive, j'ai rarement hésité tout au long d'un parcours qui ne fut jamais facile et ne l'est toujours pas. Lorsque l'on choisit d'acheter sa liberté, il faut savoir qu'à l'image d'un fond de commerce dont on se rend propriétaire, viennent ensuite les loyers. Et le meilleur moyen de les acquitter est de ne pas tromper le lecteur en restant fidèle à ce que l'on est, quitte à mourir pavillon haut dans le cas où il se lasserait, ce qui m'est toujours apparu comme un sort plus enviable que de vivre en se reniant, fut-ce en échange d'une rente confortable qu'offre parfois le système à ceux qu'il veut apprivoiser.

Ce petit préambule un peu grave n'a pour seul objet que d'attirer l'attention sur la campagne d'intoxication à grande échelle à laquelle nous assistons. Depuis que le G10 a explosé, ses ex associés tentent chacun de leur côté de laver leur image, et se livrent à une surenchère de déclarations dans laquelle Manzanares a pris quelques longueurs d'avance en posant fort dénudé pour quelques magazines de société. Mais entre nous, plutôt que de le voir défier du regard Kate Mos lascivement allongée, quel aficionado ne préfèrerait-il pas qu'il réserve ses oeillades sévères à un toro de Miura dans la Maestranza où on l'apprécie tant ?

De la même manière, plutôt que de lire les déclarations du Juli dans lesquelles il dévoile sa stratégie pour la prochaine temporada - moins de corridas et toujours face aux mêmes ganaderias - qui ne souhaiterait lui voir relever le gant lancé par Talavante qui a pris le risque d'affronter six toros de Victorino à Madrid en juin prochain ?

Plus risibles, et à la limite du pathétique, les propos du ganadero de Cuvillo qui vient de déclarer que l'important n'était pas le toro mais le toreo. Autrement dit, lui et ses confrères sont là pour servir de faire-valoir et passer les plats... Les aficionados l'avaient compris depuis longtemps, mais au moins maintenant les choses sont claires.

Risibles aussi, les déclarations de Finito de Córdoba hier, qui a garanti qu'il n'avait aucune l'intention d'arrêter sa carrière la saison prochaine, après que son nouvel apoderado, Simon Casas, ait annoncé sa despedida voici plusieurs semaines sur tous les tons. Défaut de communication ou changement se stratégie qu'expliquerait peut-être quelques perspectives juteuses, comme par exemple la décision de José Tomás d'assumer son rôle et de faire une voire deux saisons complètes, au cours desquelles un vétéran talentueux mais peu ambitieux comme Finito pourrait lui lever le rideau.

Triste mais prévisible l'accumulation de problèmes qui ébranle les fondements d'une casa aussi solide que celle des Chopera : abandon des arènes de Cordoue, perte de celles de Vic, fermeture possible de celles de San Sébastian, départ peut-être de celles de Málaga où la Diputación refuse de restructurer la saison, défection de trois des toreros de la casa - Leandro, Leonardo Hernández et Jimenez Fortes - perte d'exploitation des arènes de Salamanca en vertu du principe de gestion tournante entre les associés familiaux...

Par respect pour l'aficion quiteña abandonnée par ceux qui ont profité d'elle durant des années, je ne qualifierai pas la corrida de huit toros et quatre toreros présentée comme extraordinaire et dont le cartel modeste montre à quel point les toreros engagés pour la feria annulée se sont montrés peu solidaires pour soutenir ce projet alternatif qui a au moins le mérite d'exister.

Enfin, et pour ne pas nous tirer une balle dans la jambe, je m'abstiendrai également de porter un jugement sur les propos du directeur de TVE qui a déclaré devant le Parlement que la chaîne publique était disposée à téléviser l'an prochain deux ou trois corridas, à condition que les toreros renoncent comme cette année à percevoir leurs droits d'image. Oserait-il faire la même proposition au Real et au Barça ?

Tout ceci pour dire que le monde taurin, empêtré dans la crise financière et incapable de réfléchir autrement qu'en termes d'intérêts sectoriels immédiats, ne sait plus où donner de la tête et agit par réflexes incontrôlés, au lieu de rechercher ensemble des solutions à long terme.

Mais la palme de l'irresponsabilité revient sans conteste à un obscur élu arlésien d'opposition, qui, pour de basses raisons de politique partisanes, tente bien maladroitement d'instrumentaliser la gestion qu'il estime trop conformiste de l'amphithéâtre, en déclarant se réjouir d'entendre le délégataire nîmois déclarer qu’il terminera certainement ruiné, ce qui dénote une attitude totalement irresponsable de la part d’un élu qui n'est même pas aficionado.

Ignore-t-il, ce monsieur Juglaret, qu’en pareil cas c’est la municipalité qui serait tenue solidairement responsable des dettes impayées contractées par son délégataire vis à vis du monde taurin, et que, faute de les honorer, les arènes auraient à subir le boycott de l’ensemble des organisations professionnelles concernées, lequel, ainsi qu’on l’a vu à diverses reprises, pourrait aboutir à leur fermeture ?

Faire subir au contribuable les conséquences d’une gestion téméraire du délégataire correspond-il pour monsieur Juglaret à sa conception d’une gestion saine de la DSP ?

J'arrête là cet inventaire de nos petites misères automnales et renvoie le lecteur qui souhaiterait approfondir le sujet vers l'opus 42 de la revue qui sortira en kiosques la semaine prochaine, avec pour sujet central une étude comparative des effets cathartiques produits par les prestations respectives de José Tomás, Robleño, Fundi et Juli. Politiquement incorrecte sans doute, mais salutaire et nécessaire je crois.

 

André Viard

Commentaires

Malgré, comme souvent, un coté légèrement mégalo en début d'édito son analyse et ses réflexions sont justes...

Écrit par : LO TAURE ROGE | 28/11/2012

D'où mes propos introductifs...

Écrit par : GUIN | 28/11/2012

Les commentaires sont fermés.