Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/05/2013

"Spécial Nuñez del Cuvillo": Entretien avec le ganadero Alvaro Nuñez Benjumea

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloFils de Joaquin Nuñez del Cuvillo, Alvaro Nuñez Benjumea a maintenant pris la direction de la ganaderia acquise par son père en 1982.

Rencontre sans faux semblant avec un éleveur confiant pour retrouver le chemin de la réussite insolente qui l'a poursuivi jusqu'en 2011. Sans oublier une mise au point dans ses tensions avec José Tomas.

Découverte...

Corrida y Campo: Si le fer de Nuñez del Cuvillo s’est présenté à Madrid qu’en 1991, vous êtes issu d’une lignée de ganadero…

Alvaro Nuñez Benjumea: Ma famille travaille dans l’élevage du toro bravo depuis très longtemps. Je détiens un cartel de Sevilla où mes ancêtres se sont produits en 1795. Du côte de mon père Joaquin Nuñez, c’est une famille de ganadero manso et bravo. Il a décidé de s’orienter vers le toro de combat en 1982 en achetant la moitié de la ganaderia Osborne. Ensuite, il a poursuivi son développement en faisant de nouvelles acquisitions.


entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloPourquoi avoir acheté cette année un semental de Garcigrande alors que vous possédez déjà toute la richesse nécessaire dans les cercados d’El Grullo ?

Nous avons toujours fait monter en puissance la ganaderia sur différentes branches de l’encaste Mora Figueroa après avoir abandonné les encastes Nuñez et Atanasio. Notre ambition reste toujours la même : être les meilleurs.

Pour poursuivre l’amélioration de notre fer, on prend la crème de notre élevage mais également le meilleur des élevages de référence du moment. Il est important de continuer à rafraîchir la ganaderia car cette vertu a toujours fait notre force. Garcigrande possède un encaste très proche du notre et Juan Pedro Domecq.

On est convaincu que cette acquisition de semental nous permettra de gagner beaucoup en terme de classe et de profondeur pour nos toros. 

Pour avoir une camada si large, cela nécessite beaucoup de têtes ?

Nous possédons actuellement 750 vaches réparties cette année en 22 lots. Mais en réalité, nous avons beaucoup plus de sementales : plus d’une quarantaine. On a la volonté de renouveler en permanence et rapidement nos étalons : environ 20 à 25% chaque année.

Nous choisissons évidemment les toros indultés s’ils nous ont réellement plu car, dans de nombreux cas, nous ne les conservons par sur les vaches. Ensuite, on privilégie les familles qui donnent les meilleurs produits et celles avec de nouveau toro qui nous ont satisfait.  

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloQuel intérêt d’avoir une camada aussi importante sachant que tous les toros ne sont pas lidiés dans une arène ?

Expliquer l’avantage d’avoir une « camada larga » est assez facile : cela te permet de mieux conserver le contrôle de la ganaderia. Si un ou deux de nos sementales donnent des toros qui ne répondent pas à nos exigences, on fait le choix de ne pas lidier ses autres enfants. Chaque année, nous avons des dizaines de toros qui ne sortent pas dans l’arène. Une ganaderia plus réduite ne pourrait pas se le permettre.

En revanche, une « camada larga » impose de maintenir un haut niveau de performance pour que les empresas demandent nos toros. Car, il est impossible d’élever des toros si on ne les vend pas ! Les autres toros sont lidiés en privé et des toreros, comme Alejandro Talavante cette année, nous achètent du bétail. Cette année, il nous a prix au total 35 toros et novillos pour sa préparation.

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloComment expliquez-vous que la temporada 2012 n’ait pas été du même niveau que les précédentes ?

Il y a plusieurs raisons. Déjà, il y a quelques sementales qui nous ont donné des toros qui n’ont pas fonctionné. Ensuite, on a souffert de malchance car on a lidié de grandes corridas l’an dernier mais pas dans les arènes de référence que son Séville et Bilbao principalement. On avait pour habitude de maintenir un niveau très élevé et une grande régularité. Je vois aussi une autre explication à ces performances de 2012 dans le « maniement des toros ».

Pour différentes raisons (« fundas », vétérinaire…), nous avons du amener les toros plus souvent au « cajon » et le couloir qui y amène n’était pas idéal. Les toros ne voulaient pas y rentrer et ils s’énervaient. Je viens d’ailleurs de le modifier car on a vu des défauts très prononcés dans le ruedo l’an dernier que nous n’avions jamais rencontré dans le passé.

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloQuelles sont vos principales satisfactions en 2012 ?

Les corridas de Jerez de la Frontera, San Sebastian et Cordoba ont été fantastiques. Un de nos toros a permis à José Manzanares d’ouvrir la Porte des Princes à Séville pour la San Miguel et à Alejandro Talavante de triompher à Madrid. Sébastien Castella a également reçu le prix de triomphateur de la San Isidro face à nos toros.

C’est vrai qu’en 2012 nous n’avons pas indulté de toros dans une grande arène (un seul à Algeciras). Mais pour beaucoup de ganaderia, 2012 aurait été une très bonne année. Mais, nous avons tellement habitué l’aficion à un très haut niveau de performance, qu’il est difficile de maintenir cette régularité.

Vous allez continuer à lidier plus de 20 corridas en 2013 ?

On va sortir moins de corridas cette année car on va abandonner certaines familles qui ne nous ont pas apporté satisfaction. On devrait vendre une grosse quinzaine de lots en 2013. Mais probablement pas de novilladas car les prix pratiqués sont insuffisants.

Nous vendons uniquement des toros et à condition que les empresas pratiquent un prix digne. Sinon, je préfère les tuer à « puerta cerrada » plutôt que vendre du bétail en dessous de son prix de revient. Il est impératif de maintenir un certain prix sur le marché.

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloVous pensez vous produire en France ?

Normalement, nous devrions y effectuer notre retour. On devrait aller à Mont-de-Marsan, Dax et Nîmes cette année. En Espagne, nous irons à Seville, Valencia, Cordoba, le Puerto de Santamaria, Jerez, Albacete, Alicante, Palencia, …

Pourquoi serez-vous absent de Madrid et Bilbao en 2013. Un manque de trapio dans la camada ?

Pas du tout. Ce sont des raisons très distinctes. Bilbao est une Feria où il y a peu de corridas avec un pourcentage élevé de ganaderias toristas. Nous n’y lidions pas systématiquement et notre performance 2012 a été en deçà des trois années précédentes. Je n’ai pas d’explications tangibles car, après trois succès consécutifs, on nous a sorti de la Feria à la première déception.

Nous vendons nos toros à un prix élevé et les empresas profitent peut-être d’une corrida moins aboutie pour ne pas nous reprogrammer et se passer de nous. Pour Madrid, c’est une conséquence économique de 2012. On avez négocié une corrida très chère et ils ont décidé de ne pas nous reprendre. C’est leur droit le plus total et on y reviendra s’ils le souhaitent dans l’avenir.

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvilloIl semble que les tensions persistent également avec José Tomas qui n’a pas accepté votre volonté d’imposer deux figuras face à vos toros…

Je ne pense pas que José Tomas combattra les Nuñez del Cuvillo cette année. Ni dans l’avenir d’ailleurs. C’est un torero extraordinaire que nous respectons beaucoup et que je trouve génial en tant qu’aficionado. Mais nous devons défendre nos intérêts et faire preuve de courage, car rares sont ceux qui acceptent de l’affronter.

Il me semble toutefois que l’an dernier, il a évolué dans sa posture car il était dans des grands cartels au côté d’El Juli et Morante de la Puebla. C’est bien pour l’aficion de voir José Tomas dans ces grands événements ou pour une encerrona comme en 2012.

Les années précédentes, il était au cartel avec un maestro « veterano » et un torero inexpérimenté. Pour le bien de la Fiesta et pour les aficionados, il faut que les meilleurs se produisent face au meilleur.

Dernier question : comme se porte Arrojado, le fameux toro gracié à Séville par Manzanares en 2011 ?

Arrojado va parfaitement bien. On va pouvoir évaluer ces premiers enfants en début d’été qui seront torées comme erales. Comme pour chaque semental, on teste rapidement les nouveaux produits des sementals comme erales ou utreros pour savoir rapidement la qualité de leur descendance. 

Réalisé par Stéphan GUIN à Naveros (Vejer de la Frontera) le 29/01/2013.

 

 

entretien nunez del cuvillo,entrevista nunez del cuvillo,entretien alvaro nunez benjumeo,entrevista alvaro nunez benjumeo,ganaderia nunez del cuvillo,tienta antonio nazare nunez del cuvillo,entretien alvaro nuñez benjumeo,camada nunez del cuvillo

 

08:24 Publié dans Campo | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.