Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/05/2013

Feria de Nîmes: article de Midi Libre ce matin sur Roman

DSC_0066.JPGRoman : Breton et n°1 des novilleros.

Révélation de la temporada passée, le Valencian sera de toutes les grandes ferias en 2013.

Après une prise de contact lors d’une conférence au Club Taurin Tendido 7 de Béziers, Roman a invité Midi Libre pour une tienta chez Fernando Peña cet hiver.

Loin de la caricature du novillero actuel qui se trimballe en ville en jouant au torero - pantalon à pince, raie sur le côté et visage fermé – Roman est un jeune de 19 ans bien de son temps.

Enthousiaste, souriant, passionné, abordable. Cette même alegria qu’il communique sur le sable.


DSC_0071.JPGQuelle ne fut pas notre surprise quand le triomphateur de la temporada de Valencia 2012 au nez des plus grandes stars de l’escalafon nous accueille dans un français parfait.

Il nous confie que son nom complet est Roman Collado Gouinguenet. «  Je suis valencian mais franco-espagnol. J’ai poursuivi mes études au lycée français car ma mère et sa famille sont de St Brieuc ». Derrière un visage angélique, ses origines bretonnes ont été d’un précieux recours.

Toujours exigeant et critique sur ses prestations, chose rare chez les toreros, Roman est un têtu qui a fait preuve de persévérance pour surmonter les obstacles et s’ouvrir une autoroute vers un prochain doctorat. Pour sa présentation en piquée fin 2011, son 1er novillo est retourné vivant au toril.

DSC_0072.JPGSans apoderado, le Valencian remercie encore ses rares soutiens. « Le Président de ma peña, Michel Moreau, m’a prêté sa maison en Andalousie où je courais derrière les tientas pour toréer de tapia ».

Fier de sa ténacité, Roman se rappelle « d’une tienta chez Cebada Gago où je suis arrivé à 8h du matin et j’ai attendu toute la journée pour faire une seule passe. C'était très dur ». Sans contrat, il sollicite au cours de l’hiver 2012 Santiago Lopez, associé de Simon Casas à Valencia et révélateur de talent bien connu dans le mundillo, qui refusera de l’apoderer.

Mais, Roman se montrera persuasif et les organisateurs l’intègreront pour les Fallas l’an dernier malgré sa préparation et son expérience réduites. Arrivant au son paseo sans un contrat en poche, il avait conscience des enjeux car « ma carrière pouvait prendre fin de jour là, dès ma seconde novillada ».

La chance tourne enfin pendant le 1er combat devant les caméras espagnoles lors d’un épisode rocambolesque dont Roman se délecte : « je coupe une oreille avec pétition de la seconde et Simon Casas et Santiago Lopez m’abordent dans le callejon pour me demander si je voulais affronter mon second toro avec deux apoderados ! ».

DSC_0093.JPGMalgré une fracture au pied qui l’handicapera toute la temporada, l’espoir confirme en renouvelant ses triomphes en juillet et en octobre dans ses arènes de Valencia. Roman fait aujourd’hui son retour à Nîmes avec la volonté de vaincre la malchance de l’an dernier. Amère, il se rappelle de cette novillada « où le Fuente Ymbro m’a marché sur le pied pour provoquer une nouvelle fracture. J’ai connu les pires difficultés pour l’estoquer tellement je boitais et je n’ai pu toréer le second »

2013 débute dans la même dynamique avec le Prix de meilleur novillero à Valencia malgré une luxation de l’épaule, une oreille à Castellon et un triomphe à Garlin. Avec l’alternative en point de mire ? Roman ne veut pas se précipiter et préfère « faire confiance en mes apoderados pour déterminer quand je serai vraiment prêt pour le doctorat ».  

Stéphan GUIN 

 

DSC_0095.JPG

 

Les commentaires sont fermés.