Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/08/2013

Corbacho, la disparition d'un découvreur de génie

décès antonio corbachoAntonio Corbacho est décédé ce mercredi 31 juillet à Madrid des suites d’une longue maladie. Né le 18 septembre 1951, il débutera en novillada piquée en 1975 à Roda.

S’il fera un paseo à Séville en 1985, il mènera une carrière discrète avec peu de contrats avant de choisir de devenir banderillero. Il officiera notamment aux ordres de Roberto Dominguez, Sergio Sanchez ou David Luguillano.


décès antonio corbachoLoup solitaire et personnage mystique, Corbacho gagnera le respect de tous en découvrant plusieurs toreros de talents. Inspiré par le sens du sacrifice des toreros, il fera partager cette vision très exposée du toreo à ses toreros et un style de vie entièrement dévoué au torero.

La découverte de José Tomas sera évidemment sa plus belle œuvre et il se plaisait à répéter sa formule favorite : « c’est un bel après-midi pour mourir ».

 

Après la retraite temporaire de José Tomas, Corbacho renouvellera son succès en découvrant Alejandro Talavante pour en faire une copie du Monstre de Galapagar. Le réussite sera cette fois partielle car il a amené le torero d’Extrémadure au sommet mais celui-ci a pris toute sa dimension artistique après leur séparation.

décès antonio corbachoDepuis, il s’est occupé de la destinée d’autres toreros avec des fortunes diverses (Victor Puerto, Sergio Aguilar, Arturo Macias, Esau Fernandez). Le personnage dégageait un charisme incroyable, un magnétisme. Il était extrêmement exigeant avec ses toreros.

Pour preuve, en assistant au combat de deux toros en privé d’Arturo Macias chez Garcigrande, son apoderado de l’époque n’hésitait pas à le conspuer pour l’obliger à aller dans le bon sitio.

 

Antonio Corbacho fondait beaucoup d’espoirs sur sa nouvelle découverte, le novillero Sebastian Ritter qui a séduit Madrid au printemps dernier.

Un grand du toreo s’en est allé.

Les commentaires sont fermés.