Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/08/2013

Page Castella Midi Libre 11/08: Le solo, un challenge toujours risqué

DSC_0619 (2).jpgLes seuls contre six ont donné lieu à de nombreux succès historiques. Mais aussi à des échecs cuisants.

 

S’annoncer seul contre six toros est souvent la garantie d’un succès en terme de trophée et l’assurance d’une sortie par la grande porte. Le public qui achète son billet espère participer au succès d’un torero qu’il apprécie.

L’histoire récente rappelle à quel point l’exercice peut mettre en ébullition une arène et le public de Nîmes a souvent été gâté à l’occasion de ses corridas évènements. Déjà dans les années 80, Paco Ojeda et Nimeño II avaient écrits deux des plus beaux chapitres de la longue histoire de l’Amphithéâtre romain.

La temporada passée, Nîmes a encore rappelé à quel point l’exercice du seul contre six pouvait créer une magie unique avec un public et un torero qui rentrent conjointement en transe.


José Tomas a peut-être livré la prestation la plus aboutie de l’histoire du toreo dans une corrida qui a réuni des aficionados venus des quatre coins du monde. La pluie de trophée et l’indulto du toro de Parladé ne reflètent que très partiellement l’intense émotion ressentie par le public sortie des arènes abasourdis par le tsunami José Tomas.

Déjà à Pentecôte, Javier Castaño avait réussi une grande performance dans l’Amphithéâtre face à six Miura et conquis le public très toreriste de Nîmes pour leur redonner le goût des lidias (combats) complètes face à des toros réputés difficiles. El Juli, pour fêter ses dix ans d’alternative, et Juan Bautista cette année à Istres ont également réalisé leur plus belle performance de leur carrière lors de solos très médiatisés.

 

Mais combattre seul six toros devant une arène pleine est un défi physique et mental très difficile pour les toreros. Il demande un effort énorme pour enchaîner six combats pendant 2h30 et affronter la pression de l’événement alors que tous les regards convergent sur le résultat qui aura des conséquences sur les conditions économiques des prochains contrats.

 

Les fiascos de Morante de la Puebla à Zaragoza, Daniel Luque ou Alejandro Talavante à Madrid dans un passé récent sont là pour rappeler que le défi n’est pas gagné d’avance et que le moral du Maestro peut rapidement flanché si les 1ers toros n’offrent pas le succès escompté.

D’autres, sont aussi parvenus à sauver leur pari in extremis en triomphant. Comme José Maria Manzanares qui a coupé deux oreilles de son 6ème toro à Séville après un échec cuisant ou Morante de la Puebla qui avait mis Las Ventas en ébullition après s’être fait sifflé pendant cinq combats.

Sébastien Castella n’a jamais connu pareille mésaventure puisqu’il est sorti « a hombros » de ses trois premières expériences. Mais il n’a pas encore réalisé un seul contre six qui a marqué l’histoire de la tauromachie.

 

Le soin apporté dans le choix des six toros et sa préparation intense pour le 16 août n’ont qu’une ambition : réaliser la grande corrida de l’histoire des arènes de Béziers.

 

 

 

Les 3 précédents solos : 19 toros, 10 oreilles et une queue.

 

 

 

Quand on évoque les seuls contre six dans la carrière de Sébastien Castella, les aficionados pensent immédiatement aux deux solos nîmois de 2008 et 2010. Le Biterrois avait pourtant mis un point final à sa carrière de novillero, couronnée par le trophée au mondial des novilleros par un solo dans les arènes de Châteaurenard. Sont venus ensuite, les « encerronas » de Nîmes en 2008 puis en 2010 où Sébastien Castella a torée gracieusement au profit des sinistrés d’Haïti.

 

Les résultats de ces trois seuls contre six :

 

  • Châteaurenard (08/08/1999) : ovation, silence, ovation, ovation, oreille et oreille. Novillos de Juan Pedro Domecq
  • Nîmes (20/09/2008) : oreille, ovation, deux oreilles, ovation, silence, silence et deux oreilles et la queue. Toros de Garcigrande, Juan Pedro Domecq et Victoriano del Rio.
  • Nîmes (13/05/2010) : silence, deux oreilles, ovation, silence, oreille et ovation. Toros de six élevages différents.

DSC_0381.JPG

 

 

 

 

13:46 Publié dans Sébastien Castella | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.