Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/08/2013

PAGES CASTELLA MIDI LIBRE DU 13/08: Le torero, un artiste sportif de haut niveau

portrait ruedo.JPGCliquer sur photo pour voir album complet.

Sébastien Castella dévoile son programme de préparation physique et technique. 

« J’ai mis 15 ans à comprendre que le torero n’était pas qu’un artiste mais qu’il est aussi un sportif de haut niveau qui devait suivre une préparation physique et une diététique adaptée ».

Telle est la confession d’un Sébastien Castella qui a compris l’an dernier qu’il devait faire évoluer son entraînement.

Revenu à Madrid à peine une semaine après un grave coup de corne avec les points de suture présents sous le costume, le Biterrois a du lutter contre de fortes douleurs aux genoux toute la temporada 2012 après s’être fait accroché par des toros lors d’entraînements privés dans sa finca « La Heroica ».


Le torero loue depuis les services d’un kiné qui le suit en permanence et lui a établi un programme de préparation physique sur mesure. précis. « Avant, je m’épuisais à courir pendant des heures tous les jours pour me sentir fort, parfois même en plein cagnard l’après-midi à Séville l’été. Je pratiquais également la boxe pour gagner en fond ».

Il faut dire qu’il faut avoir des qualités d’endurance hors du commun pour toréer car « la peur te fait toréer en apnée même si avec l’expérience, tu apprends à respirer. Certains sont dotés d’un courage naturel, d’autres ont de l’aficion et travaillent pour y parvenir ».

Depuis le début de l’année, il suit un entraînement varié pour lutter contre la lassitude qui s’installe après 15 ans d’entraînement intensif.

Aux habituels footings et séance de boxe, « nous menons un travail plus ludique pour gagner sur les réflexes et la flexibilité. Du coup, j’ai repris le yoga et je pratique le TRX, le programme de préparation des commandos américains. Je fais des exercices de traction en utilisant le poids de mon corps avec des sangles élastiques ».

Sébastien Castella se sent prêt pour relever le défi du seul contre six car « jamais, je n’ai été aussi fort physiquement ». Cela ne sera pas un luxe avant d’affronter six toros sous la chaleur du mois d’août car le costume de lumière accentue les sensations et tu ressens encore plus la chaleur. Mettre la chaquetilla est impressionnant.

"Tu as l’impression qu’on te serre très fort et qu’on te pose deux poids sur les épaules qui t’ écrasent vers le bas ". 

Pour la préparation technique, le torero biterrois suit un entraînement habituel pour un torero « en toréant de salon tous les jours et en tientant ou combattant des toros au campo ». Pour optimiser sa préparation, Sébastien Castella a investi dans une arène intérieure dans sa résidence à Séville où il peut faire ses séances de boxe et de toreo de salon (simulation de combat en répétant les gestes au ralenti).

Il a également aménagé une arène couverte avec un ruedo de 38 mètres de diamètre dans sa finca « où j’ai torée des toros de Bilbao ». L’an dernier, il a acheté jusqu’à 80 toros dans des élevages de renom pour se préparer à « La Heroica ».

Cette finca permet de limiter les déplacements épuisants pour s’entraîner et surtout « cela permet de rompre la lassitude du quotidien. Selon les périodes, je préfère m’entraîner chez moi ou aller au campo dans les ganaderias ».  

Pour son solo de Béziers, le maestro se prépare également à affronter le vent qui perturbe souvent les corridas et « qui t’oblige à mouiller la muleta qui devient encore plus lourde ». Mais, il est convaincu que son plus gros défi sera mental.

« Ce qui t’épuise, c’est de ne pas prendre de plaisir. Quand tu es « a gusto » tout te paraît léger. Mais, si tu ne parviens pas à te libérer, ta cape et ta muleta te semblent peser des tonnes ». 

DSC_0184.JPG

09:20 Publié dans Sébastien Castella | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.