Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

15/08/2013

Page Castella Midi Libre hier: Les chevaux, rois de La Heroica

portrait cheval.JPGCliquer sur photo pour voir album

Quand il a acheté sa finca pour faciliter sa préparation face aux toros, Sébastien Castella l’a appelé La Heroica. « C’est un joli nom pour une finca, le mot héros et un clin d’œil au toreo et c’est surtout le surnom de Cartagena de Indias, ma ville favorite où j’aime me ressourcer l’hiver en Colombie » explique le torero. 

Si les corrales de l’arène intérieure affichent parfois complets – il a combattu 80 toros dans sa propriété l’an dernier pour s’entraîner -, cette acquisition a fait ressurgir la passion pour le cheval et l’a ramené à son enfance où il a grandi dans le ranch familial.


La visite de La Heroica impressionne ses invités avec les travaux réalisés pour accueillir les chevaux et les toros. Sébastien Castella avoue « être capricieux comme tous les toreros » et la décoration de la demeure ne manque pas de charme. « J’aime cet endroit perdu situé à 30 minutes de Séville. La vue est extraordinaire le soir et tu retrouves la tranquillité en famille ».

Le Biterrois s’est lancé dans l’élevage du cheval en achetant quatre quater-horse, les chevaux des cow-boy et en se spécialisant dans l’espagnol. « Je me suis spécialisé dans la couleur et je m’attache à la fois à la beauté et au mouvement. Car si tu as une belle Ferrari et que le moteur est mauvais, cela ne sert à rien » !

Le propriétaire a investi pour acquérir des pedigrees de qualité qui lui ont ouvert les portes d’un concours. Les écuries sont peuplées d’Albinos (chevaux blancs avec les yeux bleus), de Palomino (doré avec le crin blanc) et d’Isabela (doré avec le crin noir). Il développe cet élevage par passion en « choisissant des couleur inhabituelles chez le cheval espagnol où dominent le gris pommelé, le marron, l’Alezan ou le noir ». Mais, il n’exclut pas une reconversion dans la vente de chevaux de race dans l’avenir.

Ses protégés sont logés comme des rois à La Heroica. Un mayoral s’occupe de la finca et les juments se promènent librement sur les 100ha de la propriété. Un cavalier œuvre également pour monter les mâles abrités dans de superbes écuries car « si tu les nourris bien, il faut les faire travailler. Le cheval, c’est une force permanente qui a besoin de se dépenser dans un endroit vaste. Si tu le laisses dans le box, il va grossir et se taper la tête contre les murs. Comme un sportif que tu enfermerais dans une boîte ».

placita.JPG

entree finca.JPG

 

08:15 Publié dans Sébastien Castella | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.