Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/08/2013

Retour Corrida de Miura Béziers Midi Libre: Robleño et Castaño a hombros face aux Miura

DSC_0192.JPGCliquer sur photo pour voir album Lilian Guin

Huit mille spectateurs salivaient, avant la traditionnelle Miurada de clôture de la Feria.

Après plusieurs prestations en demi-teinte à Béziers, les performances récentes des Miura cette année étaient un gage de garantie.

D’autant que le lot arrivé de Zahariche affichait une présentation exemplaire en armures et un gabarit digne de Pamplona. Si la corrida n’a pas eu le niveau de celles de Séville et Nîmes, elle a maintenu en haleine le public pendant six toros.


Certains Miura ont certes pêché par manque de force, mais deux toros importants (le 3 et le 6), des maestros mettant en valeur leurs adversaires lors des dix-sept piques et des cuadrillas de talent, ont donné un spectacle de qualité.

Sans surprise, David Adalid a multiplié les exploits aux banderilles avec six poses exceptionnelles. Et les autres banderilleros se sont mis à l’unisson. De leur côté, les deux toreros se sont montrés à la hauteur de l’événement.

DSC_0035.JPGFernando Robleño (oreille, vuelta et oreille) a pénétré dans l’arène avec la ferme intention de triompher. Revenu dans les ferias en 2012 après son triomphe de Céret, il rencontre des difficultés pour confirmer, alors que la concurrence pousse fort cette année dans les corridas dures. Robleño fait fi des regards menaçants du premier et insiste en permanence pour arracher les passes une par une.

DSC_0030.JPGRompu aux dangers des Miura, le public biterrois lui offre un premier trophée pour valoriser l’effort malgré une épée basse. Son deuxième, un superbe cardeno très armé, sera le toro de la corrida. Après un début de faena timide, Robleño trouve la distance pour dessiner trois séries droitières de très belle facture pour finir.

Le Madrilène ne ménage pas son engagement à l’estocade, mais des échecs avec les aciers feront s’envoler les deux oreilles déjà promises. Le cinquième toro, un véritable train de 662 kilos, se retournait comme un chat à sa sortie en piste.

Après un tercio de piques sans relief, il continuera à chercher le torero, jusqu’à provoquer le danger en fin de faena. Le couteau entre les dents, Robleño fournira un gros effort pour conquérir la grande porte en arrachant les passes et en se jouant la vie pour donner une belle estocade et décrocher un trophée.

DSC_0186.JPGAccompagné de sa cuadrilla de rêve, Javier Castaño (salut, silence et deux oreilles) arrivait à Béziers sur une récente blessure. Son premier toro brillera lors des quatre superbes piques reçues d’Alberto Sandoval en galopant depuis le centre de la piste.

Mais le Miura ne pourra pas confirmer ses promesses car il s’est blessé au niveau du sabot en début de faena. De fait, la lidia ne pourra jamais monter en intensité.

L’entrée du quatrième Miura provoquera un murmure dans le public, e berceau de cornes large de 1,10 mètre faisant entrevoir un beau combat. Malheureusement, son manque de force conduira rapidement le toro sur la défensive et Castaño déclinera toute sa science du Miura pour arracher quelques naturelles avant de connaître des difficultés à l’épée.

DSC_0056.JPGLe Salmantin pourra enfin développer son toreo face au dernier toro de la Feria. Il dessinera de belles veroniques à un toro qui chargeait avec noblesse la cape. Au sortir de la pique, le Miura mesurera ses efforts. Castaño parviendra à allonger sa charge mais le brave baissera de rythme en fin de faena.

Une grande estocade a recibir lui permettra d’accompagner in extremis Fernando Robleño a hombros avec une seconde oreille généreuse accordée sous la pression du public et du callejon.

Il fallait une fin heureuse pour clore un cru 2013 de qualité.

 

 

DSC_0079.JPG

STEPHAN GUIN

Midi Libre

08:48 Publié dans Resena | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.