Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/04/2014

Fiesta campera de Béziers: quand l’Art et l’aficion dominent la haine

DSC_4512.JPGIls étaient 92 selon les sources policières venus bravés l’arrêté municipal de l’ancien Maire bizarrement non confirmé par le Préfet.

92 anti-taurins venus avec la volonté manifeste de provoquer et créer un incident pour l’ouverture de temporada en Biterre.

Fort heureusement, les aficionados ont gardé leur sang-froid même si quelques insultes ont été lancés par les deux packs et que quelques gifles se sont perdues. Normal au pays du rugby dirons-nous…

Que retenir de cette belle réussite taurine pour le 5ème gala du Printemps organisé par le Cercle taurin El Mundillo cher à Christian Coll?


 

DSC_4315.JPGUn record de fréquentation pour contrer la bruyante mais faible mobilisation anti-taurine ? Evidemment.

 

Le sourire de Ruiz Miguel qui traduit la passion qui coule dans les veines de ce jeune homme de 65 ans à la carrière immense ? Evidemment. Tant l’Andalou et son palmarès XXL a montré toute sa science de la lidia et toute la finesse de son poignet pour masquer la faiblesse du Gallon.

 

La soyeuse faena de Patrick Varin qui a laissé quelques détails de grande classe à Béziers malheureusement gâché par les aciers ?

 

Les deux oreilles –certes généreuses- de Camille Juan primant son estocade et son tempérament de guerrier malgré une faena haché ?

 

L’aisance aux banderilles d’El Monteño même si Mathieu Guillon (mille excuses pour le lapsus dans la 1ère publication!), primé d’une oreille, n’a toujours pas retrouvé son aisance à la muleta ?

 

DSC_4529.JPGBeaucoup de beaux moments me direz-vous d’autant que Tomas Cerqueira promettait avoir passé un cap après un entraînement hivernal à Salamanca et au Portugal chez Victor Mendes.

Le torero biterrois n’avait pas menti dans Midi Libre. De belles veroniques complétées par un quite par chicuelinas ajustées à la cape pour débuter. Et de réels progrès à la muleta pour aller chercher le fond de noblesse d’un toro manso et fuyant.

Très technique, Cerqueira a su couper le terrain du manso, lui laisser la muleta sous le nez pour tirer plusieurs séries templées et méritoires. Son public et la Présidence reconnaîtront ses efforts en lui offrant un double trophée.

 

Le grand moment du Festival sera bien sûr le faenon de Jeremi Banti. Mais on a déjà tout écrit dans la précédente publication.

 

Viva la Fiesta brava, Viva…

GALA 2014 11.JPG

 

 

 

Les commentaires sont fermés.