Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/04/2014

Version complère du papier Midi Libre sur Robert Margé et les arènes de Béziers

ROBERT MARGE.jpgMargé ente enthousiasme et regrets après la Feria d’Arles 

Habile communiquant, c’est un Robert Margé rempli de satisfactions qui s’est confié mardi matin au lendemain de la belle prestation de son dernier toro en Arles salué unanimement par la Presse Ibérique.

D’un revers de la main, il écarte rapidement les rumeurs alarmantes qui parcourent le mundillo local avec la nomination de Benoit Abadie, un proche de Max Tastavi qui lui voue une rancœur tenace depuis bientôt deux décennies et son retour avorté à la tête des arènes au lendemain de l’élection de Raymond Couderc en 1995.

Robert Margé préfère ignorer les moqueries de ces opposants qui l’affuble des sobriquets de « mon poulet » ou de « GO des Monteilles » dans une certaine presse ou sur des blogs locaux. Le ganadero se montre optimiste sur son avenir à la tête des arènes avant de rencontrer prochainement le nouveau Maire Robert Menard.


 

 

Sur de son fait, l’empresa étale sa confiance « sur son bilan depuis trente ans » et préfère sourire de ceux qui prédisent l’annulation de la Feria 2014 pour raison de sécurité. « J’ai réalisé un million de travaux dans les arènes et je montrerai que les rapports des experts attestent de la qualité » du bâtiment dont il assure l’exploitation.

 

Au lendemain de la vuelta de son toro « Vaccares »  en Arles, c’est un Robert Margé qui ne cache pas sa fierté d’avoir reçu les félicitations de professionnels comme la famille Jalabert ou de critiques comme Zocato ou Pierre Albaladejo. Si une partie de la presse spécialisée a évoqué la faiblesse de trois de ses pupilles en Arles, l’éleveur des Monteilles souhaite nuancer.

« Le second toro était une merde et le 5ème quelconque même si ce toro aurait mérité plus de distance car le torero l’a étouffé ». Dialogue habituel entre un ganadero qui pointe les errements techniques du torero pendant que le Maestro ne désigne que les manquements du bétail.

 

Poursuivant son bilan de la course, Robert Margé assure que « le 1er toro de Miguel Abellan était bon même s’il manquait de force. Avec quelque mois de plus, ce toro aurait été excellent au mois d’août ». Sans surprise, il expliquera les difficultés du Madrilène face au 4ème par un manque de domination du Madrilène devant un toro mobile avec une pointe de violence. Toujours l’œil bienveillant de l’éleveur sur ses bêtes qu’il a chéri pendant quatre ans…

 

En revanche, la qualité des deux toros de Paco Ureña ont fait l’unanimité. « Il a touché un lot pour couper quatre oreilles » assure Robert Margé. « Le 3ème a pris deux piques en brave et fait preuve de beaucoup de douceur à la muleta ».

 

Le dernier, primé d’une vuelta, recueillera tous les louanges de la presse spécialisée. « Un grand toro, noble et avec du fond » pour Mundotoro, « un toro qui a poussé avec force à la pique avant de montrer ses bonnes conditions à la muleta » pour Aplausos ou encore « le toro le plus complet de la Feria qui poussa avec classe et se grandit brillamment lors des deux autres assauts » pour Terres Taurines.

 

Jamais avare de compliments pour son bétail, Robert Margé affirme que « c’est un des plus grands toros que j’ai sorti avec une corrida complète où mes toros ont pris quatorze piques ».

 

Avant de conclure, quelques regrets subsistaient chez le ganadero car « les deux premières piques furent très dures. J’aurais aimé voir ce toro une 4ème fois à la pique au regaton depuis le centre de l’arène. Ureña a été très bien, mais je suis convaincu qu’avec un torero comme Javier Castaño qui sait voir et mettre en valeur les toros, « Vaccares » serait revenu vivant aux Monteilles » pour assurer la descendance de la ganaderia des Monteilles.

 

Une belle conclusion pour cette 1ère corrida de la temporada des Margé à confirmer lors des prochaines échéances à Palavas, Istres et Béziers pour la Feria.

Photo de "Vaccares" au campo par Jérôme Roques.

 

1.jpg

Commentaires

faut être une "sustance" de Celleneuve, pour comprendre le "sobriquet, mon poulet" qui est en fait oh pouletou !...le dieu des "mouc's" reconnaîtra les siens !....AMEN !

Écrit par : louirette | 27/04/2014

les "bêtes soun belles et bonnes"....et c'est bien là l'essentiel !

Écrit par : louirette | 27/04/2014

Les commentaires sont fermés.