Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

13/06/2014

La réponse des Miura à Simon Casas

ANTONIO MIURA.JPGArticle du Midi Libre Nîmes ce jour

Après avoir reçu de nombreux témoignage de soutien d’aficionados et de professionnels taurins, Midi Libre a joint hier Antonio et Eduardo Miura à leur finca de Zahariche.

Famille courtoise, on sentait les ganaderos très touchés par la violence de l’attaque de Simon Casas évoquant une escroquerie sur la marchandise, la possibilité de faire un recours judiciaire et la stigmatisation d’une ganaderia qui doit son uniquement son mythe à la tragédie de Manolete.

Sans parler de la publication du prix des toros, un usage inhabituel dans le milieu taurin. Certains souligneront la transparence de l’empresa.

 


D’autres auraient apprécié qu’on pousse la logique au bout et que soit communiqué également le cachet d’El Juli face aux Miura ou José Tomas pour son solo.

« Surpris de la réaction de Simon », Antonio Miura assume ses responsabilité et comprend « que le public soit mécontent de cette corrida. Parfois les corridas sont excellentes comme pour le solo de Castaño. D’autre fois, elles nous déçoivent ».

Hier, il a refusé de « rentrer dans la polémique ou un affrontement avec Simon Casas. Ni répondre aux accusations contre nous et notre élevage. Je préfère faire une carte ouverte à l’aficion française et nîmoise pour donner notre point de vue».

Certainement un moyen de bien peser chaque mot en fin diplomate même si la volonté de répondre frontalement devait titiller les héritiers du fer légendaire.

Ils auraient pu rappeler que le meilleur toro de la San Isidro était un Miura.

Que la gronde du public a été provoquée par l’extrême faiblesse des Miura mais aussi du positionnement de deux toros de réserve de Garcigrande, élevage chéri des figuras et très éloigné d’une corrida toriste (même si le toro était lourd).

Il se contente juste de préciser que les représentants des toreros et de l’empresa, en présence du Maire, avaient choisi six toros lors de l’embarquement, parmi un lot de huit, réservé pour Nîmes.

En rappelant que tous l’avaient félicité sur ces toros après la montée dans le camion et que les discussions sont toujours ouvertes pour changer un exemplaire s’il déplait à l’empresa.

En revanche, la presse taurine s’est fait écho des propos de Simon Casas. Dans Terres Taurines, André Viard évoque « un système de défense destiné à exonérer l'empresa de toute responsabilité dans ce somptueux raté » et « le remplacement par des sobreros de Garcigrande ».

Et suspecte même « une mystérieuse main noire dans les corrals qui aurait pu être à l'origine de la faiblesse des Miura au moyen d'un tour de passe-passe ».

Interrogé sur le sujet, Antonio Miura écarte cette suspicion mystérieuse même s’il s’avoue interloqué car « deux toros ont eu un comportement très surprenants ». Mais le ganadero préfère refuser d’alimenter cette hypothèse.

 

Les commentaires sont fermés.