Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/09/2014

Entretien Gérard Abella sur première corrida de l'histoire à Boujan dimanche

entretien gerard abella, corrida boujanEntretien paru dans Midi Libre ce jour

Gérard Abella « Les aficionados doivent se mobiliser pour l’avenir de corrida »

 

Pourquoi vouloir organiser une première corrida de toros à Boujan après avoir promis de supprimer la mise à mort au lendemain de votre élection ?

 

Mon premier souci était de retrouver un équilibre budgétaire sur la Feria. Réaliser la fête du cheval et du toro sans mise à mort permettait de séduire un public familial et attirer de nouveaux partenaires.

La communication aurait pu être meilleure au départ car cela a crée des confusions et des raccourcis chez les aficionados. Mais mon projet a toujours été clair. Je voulais créer ce premier championnat de France des jeunes pour assurer un esprit de compétition et découvrir de nouveaux talents.

Les meilleurs se sont qualifiés pour la finale de dimanche matin et leur niveau technique leur offre la possibilité d’estoquer un novillo.

 

Votre prédécesseur était revenu aux novilladas non piquées. Quelle est la motivation de ce changement de cap ?

 

La fête du cheval et du toro célèbre cette année son 25ème anniversaire. Passer un nouveau pallier fait partie d’une évolution logique car mon esprit d’entrepreneur me pousse toujours à progresser. C’est une forme d’hommage à Raymond Faro et à la famille Castelbon de Beauxhostes.

Ensuite, j’ai entendu l’appel de l’aficion qui réclame depuis plus de vingt ans le retour d’une corrida des vendanges. Réaliser cette manifestation dans une arène de l’échelle de Boujan est certainement plus facile à rentabiliser qu’à Béziers.

Enfin, j’ai fait la rencontre de Tomas Cerqueira et j’ai voulu donner un coup de main à ce jeune torero qui m’a séduit par sa personnalité et sa soif de gagner sa place dans l’escalafon. 


 

Les anti-taurins, qui espéraient après votre élection, un retrait de la tauromachie à Boujan, vont se mobiliser en masse ?

 

J’ai pris un arrêté municipal pour interdire les manifestations dans un périmètre de 400 mètres autour des arènes. Nous avons également pris des décisions en collaboration étroite avec la préfecture pour se protéger d’éventuels dérapages.

J’attends que la Loi soit respectée mais je compte sur la responsabilité des aficionados pour ne pas répondre à de possibles provocations des manifestants. La Fiesta se déroulera sur le sable et autour des arènes. Il faut éviter tout incident en dehors de la partie taurine.

 

Certains aficionados s’inquiètent d’un éventuel recul de votre part au dernier moment ?

 

J’ai subi des manœuvres d’intimidation et de désinformation. Une photo avec des oreilles en sang a été déposée dans une urne et nous recevons des appels menaçants en mairie. Des tracts ont même été distribués dans Boujan pour dire que le contribuable payait cette corrida.

C’est totalement faux car le budget taurin 2014 a été réduit de moitié et les recettes des partenaires ont été développées grâce au travail réalisé avec mon équipe. Cette corrida a été possible grâce à un partenariat inédit avec Tomas Cerqueira.

Elle ne coûtera pas un euro à la commune et permettra, au contraire, de développer l’activité pour les commerçants et de faire rayonner la ville.

 

Quel est votre objectif en terme de vente de billets ?

 

On a organisé une magnifique journée taurine pour ces Vendanges qui commencera dès 9h par une petit-déjeuner au pré avec une ferrade de deux toros et un « pregon » (discours inaugural) prononcé par Serge Calmel. Après la finale du championnat de France en fin de matinée, on enchaîne avec un abrivado et donc cette première corrida de l’histoire des arènes avec Tomas Cerqueira et le torero à cheval Laury Tisseur.

J’espère le « no hay billetes » car nous proposons des tarifs attrayants avec 20€ la corrida et 25€ la journée entière sans oublier la gratuité pour les moins de seize ans. Les nombreuses réservations déjà réalisées en Mairie me rendent optimiste.

Des associations taurines du sud-ouest ont même annulé leur journée pour venir soutenir le projet de Boujan en faveur de la tauromachie. Dans un contexte de réduction massive des corridas, il est important que les aficionados viennent dimanche.

C’est bien de tenir des discours mais il faut se mobiliser pour assurer l’avenir de la Fiesta quand des villes veulent développer cette culture taurine.

 

Cette corrida des Vendanges a t’elle un avenir ?

 

Si le public répond présent, je veux pérenniser cette date et j’ai même d’autres projets en tête pour favoriser la tauromachie et assurer la transmission de ce patrimoine culturel. Je me porte garant de l’équilibre financier de ces spectacles qui sont un atout pour créer de la vie dans le village et faire la promotion de Boujan.

 

STEPHAN GUIN

Photo PIERRE SALIBA

entretien gerard abella, corrida boujan

 

Les commentaires sont fermés.