Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

12/09/2014

Un quart de siècle après, Christian Nimeño reste présent pour l'éternité...

nimeno bleu.jpgCe week-end en Arles, cela fera un quart de siècle que Christian Nimeño a subi ce terrible accident qui lui a brisé les cervicales suite à une voltereta infligée par « Pañolero », un toro de Miura playero.

On était le 10 septembre 1989, c'était hier, et le plus grand torero français de tous les temps, avait déjà quitté cette terre.

Son rêve, son destin s'étaient envolés.

On pourrait écrire des milliers de pages sur ce pionnier de la tauromachie française qui a ouvert la voie aux Sébastien Castella et Juan Bautista.

L'homme était tout aussi admirable que le maestro par sa passion, son intégrité absolue, sa disponibilité, sa gentillesse et sa soif d'idéal.

Après une lutte courageuse pour recouvrer tous ses moyens, Christian avait retrouvé l'usage de ses jambes et de son bras droit.

Mais sa main gauche restaient sans vie. Pour la première fois, il s'est avoué vaincu devant cet adversaire invisible.

Et a décidé de nous quitter à l'automne 1991. 

1546025_851165891568613_2725274671929933533_n.jpgMais son corps et sa tête étaient certainement partis sur le sable provençal. Car en lui enlevant les toros, on lui a ôté sa raison de  vivre.

Pour tout cela, on en finira jamais de remercier le torero et l'homme.

25 ans après, il manque à toute l'aficion française et son absence reste irremplaçable. Son idéal, sa folie, ses valeurs, son romantisme, seraient les meilleurs antidotes à une époque où trop de toreros ont perdu leur attrait mystique pour devenir des produits marketing savamment orchestrés.

Un ange veille au-dessus de l'aficion française, ...

... mais Christian aurait tant à donner encore...

 

portrait.png

 

Les commentaires sont fermés.