Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

23/12/2014

La multinationale Simon Casas poursuit son développement

CASAS MORANTE.JPGDans une chronique récente dans Aplausos, Manolo Moles, la voix de Canal Plus Toros, faisait le point sur les multiples activités de Simon Casas en oubliant encore sa participation dans les arènes de Madrid au côté de Taurodelta.

Comme l'évoqué Corrida y Campo, le "producteur de spectacles" nîmois poursuit son développement dans l'apoderamiento malgré le départ de Manuel Escribano parti battre pavillon des Choperita au côté de Sébastien Castella dont les intérêts sont directement gérés par Manuel Martinez Erice.

Simon Casas conserve dans son écurie Daniel Luque, Finito de Cordoba, le franco-valencian Roman, Rafaelillo (via Lionel Buisson) et Thomas Dufau. Il vient encore de recruter deux nouveaux pur-sang avec Juan Bautista (en compagnie de Lartigue) et le très médiatique Rivera Ordoñez "Paquirri" tout juste sorti de sa retraite.  


L'écurie est d'ailleurs complétée par quelques poulains prometteurs comme le novillero Gines Marin ou le français Andy Younnes.

Difficile de trouver de la lisibilité dans cette boulimie qui font de Simon Casas un des (si ce n'est le plus) professionnels les plus puissants du panorama actuel.

Il faut dire qu'il peut promettre quelques débouchés à ses protégés avec l'aide de professionnels reconnus comme Santiago Lopez, Robert Piles, Curro Carro ou Lionel Buisson. 

En effet, au delà de sa présence à Madrid, Simon Casas dirige (seul ou avec des associés) deux arènes de premières catégories en France avec l'étendard Nîmois et Mont-de-Marsan via Marie Sara. En Espagne, il possède également des arènes aussi importantes que Valencia, Zaragoza, Malaga, Alicante ... et la liste n'est peut-être pas exhaustive.

Alors oui, on peut s'interroger sur cette boulimie d'apoderamiento mais franchement, la France peut-être fière d'avoir un "taurino" qui s'est imposé au sommet de l'échiquier taurin.

Tout en saluant le parcours exceptionnel du compère de Nimeño I qui rêvait jeune de devenir tout simplement un matador de toros.

Les commentaires sont fermés.