Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/01/2015

Castella débute 2015 par un double succès

sebastkan castella cartagena de indiasArticle Midi Libre du jour

Après un premier paseo à Cali pendant les fêtes où le bétail de lui a laissé aucune option, Sébastien Castella a débuté l’année samedi à Cartagena de Indias.

Dans la belle cité coloniale sur la côte des Caraïbes où il réside l’hiver, le Biterrois s’était fortement investi l’an dernier pour célébrer le retour de la tauromachie dans cette arène colombienne historique après plusieurs temporadas sans corrida.

Pari gagné pour le Biterrois, le maestro local Luis Bolivar et le Maire car 8.000 aficionados garnissaient les tribunes pour la seconde édition de cette corrida Goyesque.


La Fiesta semble avoir consolidé sa présence à Cartagena malgré les difficultés économiques de la précédente empresa et une tentative de mobilisation des anti-corridas.

Pour cela, un cartel éclectique et séduisant était proposé au public colombien avec le torero à cheval Andres Chica (silence et deux oreilles), un Luis Bolivar (ovation et silence) peu aidé par les toros d’Alhama aux robes variées et Espartaco (silence et oreille). La star des années 80 faisait son retour dans les ruedos et a dessiné une faena digne de ses meilleures années.

En plus de savouré la réussite de cet événement dans cette ville qu’il adore, Sébastien Castella a commencé 2015 par une première sortie en triomphe.

Véritable idole en Colombie, le pays de son épouse, le Biterrois a fait preuve de son habituelle volonté pour dessiner des séries de très belles factures sur les deux cornes du toro.

Il a conclu la faena par une grande estocade, exercice où il a trouvé une régularité de métronome depuis plusieurs mois, pour décrocher les deux oreilles.

Son second adversaire a pêché par manque de race pour pouvoir obtenir un trophée supplémentaire.

Le maestro français poursuivra sa temporada américaine le week-end prochain avec deux paseos en Colombie à Manizales et Duitama.

Les commentaires sont fermés.