Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/01/2015

Special Cuadri pendant jours: l'entretien de Fernando Cuadri (1/3)

DSC_1456.JPGCliquer sur photo pour visualiser album

Retrouvez sur Corrida y Campo le reportage réalisé pour Toro Mag

Héritier de la famille Cuadri Vides, Fernando Cuadri poursuit l’œuvre de son père Celestino Cuadri dans sa finca rustre mais aux cercados lumineux situé à Trigueros. Alors que Huelva est tout proche, les toros bénéficient d’un luxe unique et sont traités comme des princes.

Le ganadero se fait un honneur de maintenir la caste et le piquant de ses Santa Coloma singuliers. Ici,  on est aux antipodes de l’élevage moderne et industrialisé à la recherche de rentabilité.

La sélection est des plus sévères pour maintenir la légende du fer et un toro décevant suffit à éliminer une mère. Au campo, le Cuadri est un toro magnifique, impressionnant et unique. Reconnaissable immédiatement comme un Miura ou un Partido de Resina.

entrevista fernando cuadri, entretien fernando cuadri, ganaderia cuadriIl se distingue par la puissance dégagée, sa profondeur, sa musculature imposante portée par des pattes basses. Dans le ruedo, la castel et la bravoure du Cuadri peut s’accompagner de noblesse et permettre le triomphe du torero car sa charge pèse et transmet beaucoup.

Faut-il encore parvenir à le lidier avec justesse. Rencontrer Fernando Cuadri est un privilège tant l’éleveur est passionné pour évoquer ses toros et développer sans fin sa philosophie de ganadero et son amour pour la nature.  

Fernando Cuadri, pouvez-vous nous présenter votre ganaderia ?


 

entrevista fernando cuadri, entretien fernando cuadri, ganaderia cuadriLa ganaderia s’est formée en 1946. Mon père a acheté durant trois ans (46/47/48) des erales à Esteban Gonzalez sans les tienter, un ganadero d’Utrera dans la Province de Séville.

Cet éleveur possédait du sang Santo Coloma Ibarra mais il avait également en plus de l’Urcola  (Conde de la Corte) et du Perez de la Concha. A l’origine, Celestino Cuadri ne voulait acheter que le Santa Coloma mais le ganadero l’a obligé à acquérir la camada complète.  

Dans un premier temps, il pensait conserver seulement le Santa Coloma et éliminer le reste. Mais au final, quand les toros sont arrivés au campo, il les a tienté et a changé d’avis, pour décider de mélanger ces différents encastes.

D’un côté le Santa Coloma avec l’Urcola et d’autre part le Santa Coloma avec le Perez de la Concha.   

entrevista fernando cuadri,entretien fernando cuadri,ganaderia cuadriCes croisements expliquent-ils le trapio différent du Cuadri par rapport au Santa Coloma Saltillo dans l’imaginaire des aficionados ?

 

C’est évident. Le Cuadri n’a rien à voir avec les Saltillo ou les Albaserrada car il possède également cette origine Conde de la Corte. C’est un mélange très rare.

Et après 65 ans de travail sur la ganaderia, on est parvenu à développer un type de toro particulier. Au niveau génétique, on est très éloigné du Santa Coloma que l’on voit actuellement car notre ganaderia est très particulière. Tant au niveau du type de nos toros que de leur comportement ou leur « manejo » au campo.

C’est un toro massif avec ses propres caractéristiques et qui ne possède par beaucoup d’armures. En général, le Cuadri est noir ou ,de temps en temps, un liston qui tire vers le castaño comme les Conde de la Corte.   

Les Cuadri sont réputés pour leur sauvagerie dans l’arène comme au campo… 

En effet, c’est un toro qui possède beaucoup de tempérament. Il est très difficile à déplacer dans la finca car il est sauvage et veut rester tranquille dans les cercados. Mais c’est aussi un toro qui sait être très reconnaissant.

Quand tu possèdes une camada courte comme nous, cela te permet d’être au quotidien auprès de lui pour le nourrir et s’en occuper. Mais c’est un toro qui possède un très grand fond de noblesse. Le Cuadri n’est pas un toro qui va te mentir tant au campo que dans l’arène.

Il te manifeste rapidement son condition et son état d’esprit. Tu vois immédiatement, dans le ruedo, s’il est bon ou mauvais mais il ne change jamais de comportement en cours de lidia.

Pareil au campo, s’il est dans un mauvais jour, il te fait comprendre immédiatement qu’il faut le laisser tranquille et ne pas rentrer dans son espace.   

entrevista fernando cuadri, entretien fernando cuadri, ganaderia cuadriQuels sont vos principaux critères dans votre sélection ?

 

On recherche comme qualité première la casta. C’est à dire l’envie de lutter du toro, son intérêt pour combattre durant toute la lidia. C’est fondamental pour nous dans la sélection des mâles et des vaches.

Ainsi, on retrouve dans l’arène un toro qui observe comment le torero réalise la lidia. Et il faut très bien le toréer. Ensuite, il peut apparaître la bravoure qui représente notre second critère de sélection. Mais, on n’oublie pas également la noblesse. A condition qu’elle soit accompagnée de qualités de caste et de bravoure.

Car la noblesse seule ne veut rien dire chez un toro. Comme chez un homme. Si tu m’écrases la tête par terre, je ne vais pas me laisser tuer. Ce n’est plus de la noblesse, c’est de la bêtise ou de la lâcheté. C’est pourquoi la noblesse, chez le toro, doit-être associée à la caste.

Elle doit ressurgir quand le matador torée dans les règles de l’art. Quand il va au centre du ruedo, qu’il se croise et qui ne se fait pas accrocher la muleta. Alors le toro peut se livrer pleinement.

entrevista fernando cuadri,entretien fernando cuadri,ganaderia cuadriComptez-vous persévérer dans cette direction à contre-sens de la tendance actuelle?

 

Mon père a construit la ganaderia sur cette base et je poursuis son développement sur ces mêmes critères.

Il faut avoir conscience que le toro de lidia possède des livres généalogiques et un pedigree. Mais, c’est le seul animal qui n’a pas de modèle unique. Si tu achètes un cheval espagnol, par exemple, tu sais quel type de bête tu acquiers.

Chez le toro brave, il n’y a pas un type unique. Sa caractéristique et sa singularité sont sa caste, sa bravoure et sa noblesse. Chaque ganadero crée son propre modèle et il faut respecter tous les choix. Certains préfèrent la noblesse. Nous on a pris une autre direction.

Mais l’excès de race rend les choses plus compliquées car le toro peut se « parer » pour observer ce qu’il se passe en piste. Mais si tu accompagnes la caste de la bravoure, le toro bouge, se livre et charge.

 

A suivre demain matin

 

entrevista fernando cuadri,entretien fernando cuadri,ganaderia cuadri

 

entrevista fernando cuadri, entretien fernando cuadri, ganaderia cuadri

Les commentaires sont fermés.