Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/03/2015

Trois oreilles des Cuvillo et Puerta Grande pour un grand Castella à Valencia

portrait castella.JPGTroisième corrida des Fallas et premier grand triomphe de la Feria de Valencia pour Sébastien Castella.

La veille, El Juli et Daniel Luque avaient obtenu un trophée des Victoriano del Rio, tout comme Saul Jimenez Fortes pour l'ouverture face aux Fuente Ymbro.

Mais le Biterrois a ouvert la première grande porte. Et bien plus encore... En obtenant une première oreille convaincante face à un beau burraco de Cuvillo à la charge brusque lors des premiers tercios et en début de faena. Sébastien Castella (oreille et deux oreilles) grâce à des "collocacion" parfaites, la poitrine en avant, est parvenu à faire ressortir la noblesse du toro pour dessiner deux belles séries de derechazos et une de naturelles.

En fin de faena, quand le toro s'est paré, le Biterrois a réalisé un numéro de proximité en oubliant le danger provoqué par un vent violent. Après un pinchazo, Castella réalise une grande estocade, d'effet immédiat, qui a provoqué une pétition unanime.


Face au 5ème toro, primé d'une vuelta posthume, Sébastien Castella a réalisé LA grande faena dans une grande arène qu'on pressentait mais qui tardait à arriver ces deux dernières temporadas.

Le Français a touché un toro débordant de bravoure, de race et de répétition. Un de ces toros qui permettent de réaliser un "triunfo gordo" ou d'essuyer des critiques au terme de la faena.

Castella accueille le brave à pied joint et lui sert un quite par chicuelina au sortir des deux piques dont la première provoqua un batacazo.

Le début de faena n'était pas sans rappeler sa dernière grande porte à Madrid.

Un Cuvillo colorado (avec la trapio de Valencia), le Biterrois au centre du ruedo pour exécuter trois cambiadas millimétrées pour débuter l'œuvre...

Bref, le retour du style habituel de Castella fondé sur l'engagement, la sincérité et les pitones qui chatouillent la taleguilla.

Du niveau de Madrid disait-on? Non, en mieux car on a trouvé un Castella qui a confirmé son évolution artistique des dernières temporadas, dans une grande arène, devant les caméras de Canal +.

La précision des toques reste présente mais elle a gagné en douceur.

Les muletazos sont également d'une plus grande profondeur et le museau du toro a reniflé le sable sur chaque naturelle.

Que dire de ces changements de mains exquis?

De cette enchainement de trois pechos temples?

Des passes par le haut finales rematées d'un trincherazo? 

De ce redondo inversé pimenté d'un cambio de mano et d'une trinchera tout en suavité?

De ces deux grandes estocades alors que les aciers a longtemps été le tendon d'Achille du maestro.

Alors bien sur, il restera ces deux oreilles incontestables et cette première grande porte des Fallas 2015 dont Sébastien sera probablement désigné triomphateur.

Mais cette faena devant toute l'Espagne signifie beaucoup plus.

Le double lauréat de l'Oreille d'Or est de retour au sommet.

Le même, mais en meilleur.

Avec de la maturité, une évolution de son toreo. Pour faire simple, l'engagement et la pureté d'avant mais avec une dimension artistique et une profondeur nouvelle.

Pour le reste, El Fandi (applaudissements et oreille) a fait preuve de son habituelle aisance à la cape et surtout aux banderilles, notamment face au 4ème où il a posé quatre paires. Un répertoire et un temple pour remater ses tercios inégalables.

La faena du premier s'est révélée impossible après une vuelta de campana dont le toro est ressorti sans force, ni charge. La seconde sera bien dans le style maison. Avec beaucoup d'entrega et de recours, mais peu de profondeur.

Justement, le palco refusera un second trophée après une estocade desprendida.

Roman (silence et silence) est venu dans ses arènes avec son envie et son enthousiasme habituels. Engagé dans un quite por gaonera sur le toro de Castella, puis courageux en début de faena avec deux "Arrucinas" (ou "Talavantina" si vous préférez!), il n'a jamais cédé face à la violence du premier qui donnait des coups de tête dans la seconde partie du muletazo.

On notera trois belles naturelles et la volonté de Roman qui écoutera un silence après deux pinchazos.

Le dernier toro ne lui offrira aucune option. Roman essaiera tout pour construire une faena et il s'engagera avec une totale sincérité lors de l'estocade où il frôla la cornada.

 

Les commentaires sont fermés.