Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/03/2015

(Vidéo) Le "Sorisme" de retour: émotion, dépassement de soi, persévérance, mais est-ce bien raisonnable?

SORO.jpgVidéo sous ce lien: http://www.canalplus.es/toros/

La folie entourant le retour d'El Soro a éclipsé l'anniversaire des 25 ans d'alternative d'Enrique Ponce (oreille et ovation) et le second paseo d'un José Maria Manzanares (silence et avis, pétition) habillé une seconde fois en noir pour son retour en Espagne où il porte le deuil.

Arrivée en calèche, 21 ans après son dernier paseo, après plus de trente opérations d'un genoux quasiment sans vie, El Soro a réalisé son rêve de revenir dans les ruedos.

Le public conquis, le torero qui vit un rêve éveillé, c'est à partir de là que naît les discussions.

Comment ne pas respecter cet homme qui se joue la vie et cet exemple de persévérance pour réaliser son rêve de redevenir torero?

Comment ne pas être admiratif de son engagement et de son enthousiasme et sa volonté,


El Soro (oreille et pétition avec deux vueltas) a récité son répertoire aux banderilles et à la muleta sous les cris de "SORO".

Mais, est-ce bien raisonnable de laisser un homme qui n'est pas en état de toréer se mettre ainsi en danger à chaque paire de banderilles?

Car El Soro n'est pas dans une condition physique digne d'un torero. Si sa folie et son envie forcent le respect, il n'est pas certains que ce retour soit une bonne publicité pour la tauromachie.

Passons les excès de populisme (la bandera sur le sable, la silla, ...) qui sont la personnalité d'El Soro et qui répondent aux envies d'une partie du public de la Fiesta.

Mais, peut-on mettre face à une première ligne Sud-Africaine un pilier de 75 ans avec une prothèse au genou sans le mettre en grand danger? C'est ce sentiment qui dominait hier et c'est presque un miracle que la corrida se soit terminé par une blessure à trois vertèbres.

Avec tout le respect que l'on doit à cette homme qui est un exemple d'aficion et de volonté, il faut espérer qu'il n'écoute pas les conseils de son apoderado qui espère surfer sur la vague pour multiplier les cartels.

El Soro a réalisé son rêve.

Il a tout donné à cette partie du public qui le vénère.

Mais faudrait pas que la belle histoire se termine par une tragédie triste pour cette homme aussi fou que passionné.

Et préjudiciable pour l'image de la Fiesta.

Les commentaires sont fermés.