Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/04/2015

(Vidéo) « Je reste définitivement Fandiño »

DSC_4883.JPGEvidemment l’abattement régnait dimanche soir en sortant de Las Ventas.

Avaler 1.800 kms en 48h pour une telle déception après tant d’expectation, nous a mis la tête à l’envers.

Evidemment, dimanche le véritable Fandiño n’était pas présent à Madrid. Il n'a pas reçu la moindre ovation et même écouté des sifflets nourris. 

Evidemment, les toros ont déçu, tant dans leur présentation que dans leur moteur et leur race, mais jamais nous n’avions vu le torero d’Orduña en perdition comme on l’a vu à partir du 4ème.

Enfermé régulièrement à la cape, incapable de mener une lidia lors des faenas, en faillite à l’épée toute la tarde, et même quelques mauvais gestes inhabituels…

Un fracaso comme tous les toreros en ont vécu dans leur carrière.

Evidemment, certains doivent se féliciter aujourd’hui du 1er échec (à nuancer toutefois car aucun toro ne permettait de couper une oreille) important dans le parcours sans faille du trublion de l’escalafon qui séduit unanimement les aficionados depuis quatre ans.

Pourtant, cet échec est d’abord, de mon point de vue, celui de son apoderado Nestor Garcia (ou de son veedor).


Comment ne pas parvenir à trouver un seul toro qui embiste pour six exemplaires choisis parmi les joyaux de ces camadas prestigieuses pour cette corrida historique ?

Comment sélectionner du bétail aussi mal présenté – pour la plupart – pour Las Ventas ?

Comment six grands ganaderos (personnellement je dirai cinq mais bon…) peuvent se tromper en même temps pour choisir le toro de garantie de la camada même si l’erreur fait le charme de la corrida ?

Jugez du peu.

1/ Un Partido de Resina superbe de trapio et d’armures qui ne possède ni force, ni fond et qui peine à rester sur ses quatre pattes.

2/ Un Adolfo Martin bien armé mais fin comme une sardine et démuni de trapio. L’Albaserrada donne un faux espoir en début de faena car il offre à Fandiño les deux seules séries notables de la tarde, avant de fuir le combat par manque de race.

3/ Un Cebada Gago bien fait mais manso et dangereux, qui semblait souffrir – en prime - d’un problème de vue.

4/ Un Escolar Gil magnifique, brave au cheval mais violent à la muleta. Un Fandiño dans son état habituel (pas touché au moral après les déceptions de la première mi-temps !) aurait fait étalage de son dominio et son courage pour livrer une faena d’émotion. Mais ce n’était plus le vrai Fandiño. Déjà.

5/ Un Victorino Martin renvoyé au toril pour un problème d’arrière-train au sortir de la pique remplacé par un Adolfo au trapio aussi douteux que le second. Sans option dans le dernier tercio pour un maestro déjà très touché mentalement.

6/ Un Palha laid et mal fait (comme trop souvent, cf le commentaire introductif sur les toros !!!) dont on se demande encore par quel miracle il a été approuvé lors du débarquement.

Résultat : un Palha arrêté et sans une passe après la pique et un Fandiño qui capitule immédiatement sous les sifflets.  

Oui Fandiño a connu un échec majuscule.

Oui il s’est énervé et démoralisé après le 4ème.

Oui il a perdu le sitio à l’épée. 

Par contre, il est insupportable d’entendre certains commentaires sur son manque de motivation.

Combien de toreros ont connu une forte baisse de moral quand le début d’une encerrona est décevant ?

Tout le monde n’est pas Morante pour sauver un solo sur le 6ème à Madrid…

Combien de toreros ont réussi un « no hay billetes » pour le dimanche des Rameaux à Madrid ?

Aucun.

C’est dire l’expectation pour ce rendez-vous historique...

Je maintiens et je signe pour dire qu’Ivan Fandiño est une chance pour la tauromachie.

Quand certains se battent en coulisse – et à coup de communication- pour protéger leurs copains du syndicat des nantis et n’hésitent pas à gâcher une (oups deux !) Feria de Séville, Ivan Fandiño sert la Fiesta.

Combien de toreros aurait accepté de jouer leur banco sur une corrida aussi exposée après avoir été désigné numéro un en 2012, 2013 puis confirmé après une temporada triomphale en 2014 ?

Aucun.

Alors pour tout cela, j’espère qu’Ivan Fandiño parviendra rapidement à surmonter cet échec.

Il a tellement lutté pour gagner son statut qu’il serait injuste de lui enlever son crédit après avoir eu le courage de proposer ce geste.

Dimanche, j’étais abattu en sortant de Las Ventas.

Mais il faudrait cloner ce maestro qui est un superbe exemple pour la Fiesta et la direction qu’elle doit emprunter. 

Alors, Oui, je reste définitivement Fandiño…

 

 

Solo ivan fandiño Madrid, seul contre six ivan fandiño Madrid, encerrona ivan fandiño Madrid

Commentaires

Bonjour,

Merci pour votre article qui me renvoie les larmes aux yeux comme lorsque j'ai quitté ces arènes avec mon amie ce dimanche 29 des rameaux à Madrid...

J'attendais et espérais tellement depuis le mois de Novembre.Mais votre analyse que je partage complètement me rassure et me réconforte...

Je suis IVAN à un point inimaginable...Merci à vous.

Écrit par : Benjamin Coudert | 08/04/2015

Les commentaires sont fermés.