Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

10/05/2015

Castella affiche une forme insolente

DSC_5620.JPGCliquer sur photo pour voir album

Midi Libre ce jour: retour complet de la corrida de Palavas

Juan Bautista, avec deux oreilles, a remporté le duel au niveau comptable. Mais le Biterrois a encore prouvé qu’il traversait la plus belle période de sa carrière.

« Régular » serait l’adjectif qu’emploieraient les professionnels pour résumer la prestation des toros de Margé ce vendredi à Palavas pour le mano a mano entre Juan Bautista et Sébastien Castella.

En français, vous pouvez le traduire par « moyen », « correct » ou « dans la norme » selon sa sensibilité.

Comme l’année précédente dans les arènes El Cordobes, la corrida n’a pas brillé par son homogénéité mais un grand toro s’est distingué. « Fiscal » avait été gracié en 2014 et, vendredi, Juan Bautista a touché un grand toro primé d’une vuelta posthume. 


Un « colorado » de 515 kilos qui a faire preuve de bravoure pendant tout le combat mais aussi de classe, de piquant et de moteur pour permettre à l’Arlésien d’ouvrir la grande porte et remporter le duel au niveau statistique face au Biterrois.

Le reste du lot, d’une belle présentation pour une arène de troisième catégorie, a été d’un niveau largement en-dessous.

La plupart ont fait preuve de noblesse et se laissaient volontiers toréer sans présenter de difficultés notoires.

Mais il manquait trop d’ingrédients pour que les faenas prennent réellement leur envol.

Le premier toro de Juan Bautista (salut, silence et deux oreilles) brillait par sa promptitude mais manquait de force et de moteur et sortait la tête haute de la muleta précise du torero.

Sans un puntillero maladroit qui a relevé à trois reprises le toro, l’Arlésien aurait ouvert le score dès le premier combat.

Le troisième, le plus charpenté et armé du lot, a manqué de race et le double triomphateur de la Feria de Béziers devait lui donner toutes les sorties par le haut.

Le cinquième fut donc le toro important de la corrida et la soif de succès de Juan Bautista, qui a posé les banderilles avec aisance, l’a conduit à épouser un style spectaculaire en multipliant les passes à genoux et les artifices avant de conclure par une magnifique estocade « a recibir ».

 

Pourtant, on a connu le triomphateur de la temporada 2014 plus inspiré et plus classique dans son toreo.

 

Sébastien Castella (oreille, salut et applaudissements) a encore démontré à Palavas que son toreo avait changé de dimension cet hiver. Après Valencia et Séville, le Biterrois a impressionné par la précision de ses « toques », sa capacité à dominer les toros par le bas, sa douceur et la lenteur de ses passes.

Les Margé l’ont peu servi et, pourtant, il a servi une quinzaine de muletazos qui auraient soulevé les arènes de Séville ou Madrid.

Passons sur le dernier toro de la course qui souffrait d’un problème à l’antérieur droit. Il n’a offert aucune option après avoir mis le frein à main dès le début de la faena.

Devant son premier Margé, Castella est parvenu à extraire le fond de noblesse d’un toro qui a chuté à la sortie de sa seule pique.

Après deux séries magnifiques, sa prestation a culminé sur trois naturelles d’un rythme et d’une profondeur inégalables.

Ensuite, le Français a enchaîné en raccourcissant les distances, mais un échec à l’épée le privera d’une seconde oreille malgré une seconde estocade fulminante.

Son second bis n’a pas brillé au cours des premiers tercios. Mais une nouvelle fois, Sébastien Castella est parvenu à inventer une faena en débutant par sept passes hautes, les pieds scellés dans le sable.

Sa précision et sa douceur obligeaient le toro à charger la muleta et le Biterrois concluait par une numéro de proximité ébouriffant.

Après une estocade entière, le maestro perdra un nouveau trophée au descabello.

Avant de se produire ce dimanche à Valladollid et enchaîner trois paseos à Madrid pour la San Isidro, Sébastien Castella a confirmé sa forme insolente.

Même si l’histoire retiendra que Juan Bautista est le toro qui a ouvert la grande porte pour ce cartel 100% français à Palavas.

Les commentaires sont fermés.