Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/05/2016

Juan Bautista face à six Margé et un vent violent

DSC_8860.JPGPour son premier paseo de la temporada, Juan Bautista ne pouvait rêver pires conditions avec un paseo retardé de 15 minutes, six Margé sérieux pour une arène de cette catégorie, un public glacé par des conditions climatiques automnales et un vent violent qui est allé crescendo. Et qui interdisait toute lidia normale.

Dommage, car l’Arlésien a servi de nombreux détails de torereria et de « naturalidad » comme disent les espagnols et la qualité du lot de Margé aurait promis une pluie d’oreilles dans des conditions normales.

Mais, la violence des bourrasques ont imposé à Juan Bautista de toréer en permanence au tiers, un terrain impropre pour exprimer la bravoure des Margé et la muleta transformée en drapeau ne permettait pas de conduire les charges et lier les muletazos.


 

Dommage, même si l’Arlésien a ouvert la grande porte avec trois oreilles (avis et silence, oreille, deux oreilles, silence, silence et silence).

Après avoir renvoyé le premier toro au toril (il s’est sectionné les cornes en tapant dans les burladeros), Juan Bautista a débuté la tarde devant un colorado anovillado mais bien armé.

Rapidement, le maestro comprit la difficulté de la tache avec le vent et une fine pluie. Dans ces conditions, il profite de la noblesse de son adversaire, juste de force,  pour dessiner quelques détails de qualité avant de conclure d’une estocade bien positionnée.

Les évènements tournaient toujours dans le mauvais sens car le second toro mis cinq bonnes minutes à rentrer en piste. Un Margé bien fait auquel le torero sert trois bonnes véroniques avant d’enchaîner par quelques chicuelinas pour réchauffer le public refroidi. Après un bon tercio de piques, dont la dernière prise au galop sous la Présidence, le Margé aurait mérité une faena au centre.

Mais les conditions obligeaient l’Arlésien à se réfugier sous le palco et le toro s’est progressivement défendu en cours de faena sur ce terrain. 3/4 de lame bien placée et une première oreille tombe pour saluer l’effort de Juan Bautista.

Le troisième, un negro cinqueno, a été le toro de la corrida. Bien charpenté et armé, il réalise un excellent tercio de piques avec une longue et franche poussée à la première des deux rencontres. Le maestro brinde sa faena à Vincent Ribera et Robert Margé avant de réaliser une faena dont on retiendra deux séries importantes sur la droite et la fin par des ayudadas par le haut. Un recibir parfait lui offrira deux oreilles et le toro sera primé d’une vuelta posthume.

Le 4ème Margé est un tio superbement armé. Il fait exploser le burladero du torero en rematant avec violence. Le pensionnaire des Monteilles fera preuve une nouvelle fois de sa bravoure au cours des deux rencontres avec le bloc équestre. Collé au planche, la faena sera symbolique devant un toro arrêté et à la charge courte. ¾ épée plus descabello.

Le 5 bis (le titulaire s’est également cassé une corne en frappant violemment le burladero), un pur Cebada de robe, a rematé aux planches à son entrée et livré un tercio de piques correct. La faena est rapidement abrégée par un Juan Bautista qui conclut d’une estocade très basse.

Ensuite, l’Arlésien essaiera, en vain, de conclure en  beauté ce seul contre six gâché par Eole. Larga à genoux pour accueillir le Margé âgé de cinq ans, trois bonnes veroniques sur la corne gauche, un bon début de faena sur l’autre piton. Mais la faena reste décousue à cause du vent et le toro s’éteint après la troisième série. Juan Bautista conclut discrètement son encerrona avec deux pinchazos et un descabello.

Au final, une tarde pleine de regrets car le lot de Margé et la technique et la volonté du maestro auraient pu permettre une grande corrida de toros…

Les commentaires sont fermés.