Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

19/09/2016

Retour sur le seul contre six de Castella samedi à Nîmes

SEB 5.PNGPhotos Veronica SIERRA RIOS

Depuis plusieurs semaines, tout le mundillo taurin le sait. Sébastien Castella est à son meilleur niveau depuis le début de l’été, mais il traverse une période très difficile au moment de traduire ses prestations en trophée.

La faute à une perte de confiance avec l’épée.

Pour son seul contre six à Nîmes, ce samedi, le Biterrois s’est montré largement à la hauteur de l’événement devant 11 000 spectateurs qui ont rempli l’amphithéâtre romain en réalisant six faenas de qualité et en livrant des combats dans différents répertoires.

Un toreo de classe et tout en lenteur devant les deux Adolfo Martin qui avaient de la qualité dans leur charge. Et une capacité à rester fidèle à son style devant les quatre autres qui posaient de nombreuses difficultés, faisant presque oublier qu’il affrontait une des ganaderias les plus redoutés par les toreros.

S’il a gagné le respect de toute l’aficion devant un lot d’Adolfo digne d’arènes comme Bilbao ou Madrid, le bilan de Sébastien Castella s’est réduit à deux oreilles. La faute à des échecs répétés à l’estocade qui lui ont coûté au moins trois trophées supplémentaires. Pourtant, son bilan reste largement positif car le Biterrois s’est montré au-dessus de ses six Adolfo Martin, tout en parvenant à maintenir un intérêt constant chez les aficionados.


La corrida avait d’ailleurs parfaitement débuté avec des arènes quasiment pleines et dont le public a réservé au torero un accueil royal et une chaleureuse ovation dès son entrée en piste. Justifiant peut-être que le Biterrois réserve ses plus grands défis pour Nîmes, car, jamais, sa ville ne lui a apporté un tel soutien avant ses combats.

Mais le premier Adolfo Martin a rapidement rafraîchi l’ambiance tant il manquait de force et de race. Après de bonnes veroniques à la cape, le toro s’est affaissé à deux reprises en début de faena. Sébastien Castella (silence)  a respecté ses ambitions en proposant un toreo tout en douceur pour masquer les lacunes du brave avant d’écourter le combat après quatre séries et des difficultés à l’estocade. Déjà.

Son second, carpintero, s’est révélé le grand Adolfo de la corrida. Un toro avec beaucoup de classe dans sa charge et qui faisait l’avion dans la muleta de Castella (oreille) qui a livré un récital de toreo au ralenti.

Une faena magnifique depuis son début appuyé sur les planches jusqu’à trois grandes séries de la droite. Les arènes ont définitivement chaviré lors d’un changement de main qui a duré une éternité, enchaîné par une série de naturelles savoureuses qui resteront un grand moment de cette Feria des Vendanges. Mais une nouvelle fois, l’épée portée en arrière a nécessité de terminer avec deux descabellos qui lui ont coûté une seconde oreille.

Son troisième a permis de rappeler au public qu’il assistait à une corrida toriste tant il faisait preuve d’une violence permanente. Sébastien Castella (avis et salut) est parvenu rapidement à dompter les coups de tête du brave et à canaliser sa charge pour inventer une faena. Les aficionados étaient déjà prêts à valoriser sa capacité à améliorer le toro mais un nouvel échec avec les aciers a éteint la pétition d’oreille.

Le quatrième, Aviador, était le toro de confiance du ganadero, issu d’une de ses meilleures familles.

Le début de combat donnait raison à l’éleveur après un superbe tercio de piques face à Gabin Rehabi. Les espoirs se sont rapidement envolés car le brave affichait un danger de tous les instants en avertissant Sébastien Castella (avis et pétition minoritaire) des deux côtés dès les premiers échanges.

Le Biterrois répondait à la férocité du brave par un toreo statique et très technique pour corriger ses défauts. Une estocade en arrière et un descabello lui ont fait perdre un trophée. Encore!

Le cinquième, toujours aussi bien présenté et armé, n’a offert aucune option à Castella (avis et oreille) à la cape.

Pendant la faena, le maestro s’est montré patient pour profiter de la qualité de l’Adolfo qui tardait à démarrer. Une partition essentiellement droitière de très bon niveau, malheureusement conclue d’une demi-épée qui lui a fait perdre la seconde oreille.

Enfin, le public a réservé de nouveaux encouragements à Sébastien Castella (avis et salut) avant son dernier combat.

L’Adolfo Martin manquait de force et le Biterrois le laissait souffler pour profiter de sa noblesse et de ses qualités même s’il manquait une ou deux foulées dans sa charge pour offrir une grande faena. Castella est parvenu, une nouvelle fois, à le toréer au ralenti en oubliant les regards menaçants que lui lançait son adversaire.

Au moment de l’estocade, le public a senti le maestro tendu pour aller chercher cette troisième oreille synonyme de porte des Consuls. Mais l’histoire semblait écrite.

Le Biterrois a une nouvelle fois failli avec les aciers. Au final, il restera une prestation réussie mais un triomphe qui s’est envolé après des échecs répétés aux estocades.

REACTIONS:

SÉBASTIEN CASTELLA

«Je pense avoir été à la hauteur de l’événement, à l’exception de l’épée. C’était un geste qui me tenait à cœur et je suis content de l’avoir réalisé. Malgré tout, je suis heureux car c’est un grand objectif et je crois l’avoir réussi même si je regrette de ne pas avoir ouvert la porte des Consuls à cause des estocades.

Mais j’ai réussi à résoudre les difficultés des toros compliqués et bien compris les Adolfo qui m’ont offert des opportunités. C’est une satisfaction de voir ces arènes quasiment pleines et le public a passé un bon moment. Ce sont des toros difficiles à toréer à la cape mais j’ai fait l’effort de les mettre en valeur au cheval et j’ai été bien à la muleta.»

ADOLFO MARTIN

«La corrida m’a globalement plu car il y a eu deux grands toros. Certains ont manqué de force. Sébastien Castella a été très bien devant les six toros, dommage qu’il ait connu des difficultés avec l’épée. Sinon, il aurait coupé trois ou quatre oreilles supplémentaires»

MANUEL MARTINEZ ERICE (apoderado de Castella)

«Je repars très content de ce solo car Sébastien a prouvé qu’il était une figura del toreo. Il faut savoir apprécier la manière avec laquelle il a fait face aux difficultés de ces toros avec un vent qui était très gênant.

Dommage qu’il n’ait pas réussi ses estocades sinon cela aurait donné lieu à une corrida historique et il aurait coupé au moins cinq oreilles. Notamment les deux après la grande faena du second, voire deux autres face au cinquième»

 

SEB 1.PNG

SEB 5.PNG

SEB 2.PNG

SEB 6.PNG

SEB 3.PNG

SEB 4.PNG

19:15 Publié dans Sébastien Castella | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.