Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/09/2016

Retour et album photos sur les deux oreilles de Sébastien Castella à Séville

DSC_6261.JPGCompte rendu de Midi Libre de mardi

Sébastien Castella caresse son rêve et conquiert Séville

Pour sa dernière corrida de la temporada, le Biterrois a triomphé à La Maestranza en coupant deux oreilles. 

Sébastien Castella ne pouvait pas espérer un meilleur final à cette temporada 2016 qui a été moins riche en succès que la précédente, faute d’un manque de réussite en début de saison puis d’une mauvaise passe à l’estocade.

Après sa performance unanimement saluée par les aficionados et les professionnels taurins pour son seul contre six Adolfo Martin à Nîmes, le numéro un 2015 a frappé un grand coup à Séville pour rappeler à tous qu’il restait une des plus grandes figuras de l’escalafon.

Dimanche, il effectuait son dernier paseo à La Maestranza, cette arène qui le fait tant rêver, puisqu’il réside à Séville depuis son adolescence, mais qui lui résiste depuis toujours et se montre souvent distante envers son enfant adoptif.

Depuis des années, il affirme qu’à force de patience et d’abnégation, la belle andalouse tomberait sous le charme de son toreo. Au cartel avec José Maria Manzanares (une oreille), extraordinaire face au cinquième toro, et Alberto Lopez Simon (deux saluts), Sébastien Castella a livré sa plus belle faena à La Maestranza et une des plus belles de sa carrière.

Portant la responsabilité de toréer en premier, le Biterrois a accueilli  son premier adversaire « a porta gayola », agenouillé face au toril, pour affirmer ses intentions.

Magistral à la cape, le maestro a immédiatement écouté les puissants « Olé » de Séville à la cape en servant des veroniques d’une belle dimension artistique en baissant la main et en toréant au ralenti. Au sortir de la piques, il a encore appuyé sur l’accélérateur avec un quite très exposé qui a définitivement conquis le public.

Ensuite, Sébastien Castella a livré une faena magnifique en utilisant parfaitement les qualités du toro d’Olga Jimenez. Une partition compacte de quatre séries où chaque passe portait l’empreinte du bon toreo, de la lenteur, en obligeant le brave à charger le mufle collé au sable.

Le Biterrois s’autorisait même quelques improvisations de bon escient avant de conclure d’une estocade entière et recevoir deux oreilles de poids.


Très ému par la conquête de Séville et ce triomphe tant espéré, Castella espérait décrocher un nouveau trophée pour sortir par la porte du Prince devant un toro de Sampedro très violent. Dans un autre style, plus technique et lidiador qu’artiste, le Biterrois a séduit une nouvelle fois La Maestranza par son assurance au terme d’un combat méritoire.

Alors que l’oreille et le triomphe lui étaient déjà promis, Castella a connu deux échecs à l’épée qui lui ont fermé la grande porte.

La déception d’entrouvrir la grande porte, sera certainement oubliée rapidement tant le Biterrois a conquis Séville en coupant deux oreilles qui changeront définitivement le regard de l’exigeant public andalou sur un maestro qui poursuit son développement artistique.

DSC_6272.JPG

DSC_6251.JPG

DSC_6257.JPG

DSC_6263.JPG

DSC_6264.JPG

DSC_6265.JPG

DSC_6268.JPG

DSC_6272.JPG

DSC_6275.JPG

DSC_6278.JPG

DSC_6284.JPG

DSC_6288.JPG

DSC_6292.JPG

DSC_6293.JPG

DSC_6296.JPG

DSC_6299.JPG

DSC_6301.JPG

DSC_6304.JPG

DSC_6308.JPG

DSC_6327.JPG

DSC_6312.JPG

DSC_6335.JPGDSC_6337.JPG

DSC_6352.JPG

DSC_6363.JPG

DSC_6371.JPG

DSC_6378.JPG

DSC_6379.JPG

DSC_6383.JPG

DSC_6384.JPG

DSC_6386.JPG

DSC_6423.JPG

DSC_6433.JPG

DSC_6439.JPG

DSC_6443.JPG

DSC_6449.JPG

DSC_6456.JPG

DSC_6460.JPG

18:14 Publié dans Sébastien Castella | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.