Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

02/12/2016

Entretien Cayetano Ortiz publié lundi dans Midi Libre

DSC_1407.JPGEntretien complet publié dans Midi Libre ce lundi

« M’imposer en France avec Raul Aranda en 2017 » 

Alors qu’il vient d’officialiser l’arrivée de l’ancien Maestro Raul Aranda comme apoderado, le torero biterrois affiche ses ambitions pour 2017.

Comment s’est noué cet accord avec Raul Aranda, cet ancien maestro très respecté dans le milieu taurin ?

La présence de Max Tastavi, un proche du maestro, a été fondamentale dans notre relation avec Raul Aranda. Il nous a mis en contact et nous avons définitivement scellé un accord après quelques jours de rencontre sur Béziers.

Il est très respecté des professionnels taurins ce qui est un élément fondamental. Nous avons pour objectif commun de nous ouvrir les portes des arènes françaises.


 

Quel bilan tirez-vous de cette temporada 2016 ?

Le point négatif est évidemment le manque d’opportunités en général et mon absence à Béziers. En revanche, je suis très satisfait de mes débuts triomphaux au Pérou et j’ai senti une réelle évolution dans ma tauromachie.

Dans ma préparation mentale avant et pendant les corridas. Et cette capacité nouvelle à connecter avec le public pendant les faenas. Un de mes points faibles par le passé. 

Quel programme de préparation avez-vous établi ?

Nous allons travailler très dur tout l’hiver. Un programme intensif est prévu dès le mois de janvier en Espagne et au Portugal où nous devrions tienter chez Gavira, Lola Domecq et Palha notamment. Ensuite, en février, je ferai mon retour au Pérou où plusieurs corridas sont programmées dans la Province de Cajamarca. 

Vous allez tienter dans un élevage dur comme Palha et votre apoderado était reconnu dans les corridas toristes. Cela signifie-t-il un virage dans votre carrière ?

J’ai déjà torée des ganaderias dures comme Miura, Palha, Escolar Gil, Adolfo Martin ou Valdellan quand j’étais novillero. Avec seulement cinq corridas toréées en France depuis mon alternative, je n’ai peut-être pas encore le bagage technique pour affronter ce genre d’élevage.

Mais ces ganaderias permettent parfois d’exprimer son toreo et je me sens prêt à relever le défi dans certaines arènes.

 Vous dites vouloir vous imposer en France. Cela signifie que vous espérez rentrer dans des arènes de première catégorie ?

J’espère déjà retourner à Béziers pour la Feria 2017 car j’ai toujours eu de bons résultats dans mes arènes. L’objectif est de rentrer dans les premiers cartels en France. Mais avant d’ambitionner de faire le paseo à Nîmes ou Arles, il faut d’abord se produire et faire ses preuves dans les arènes de « Province ».

Les premiers résultats détermineront le reste de la saison mais l’ambition est d’intégrer le circuit des grandes ferias françaises rapidement. Pour l’instant, on ne s’est pas fixé un objectif précis en nombre de contrats pour la prochaine temporada. 

Faire vos débuts comme matador de toros en Espagne est-il une ambition pour 2017 avec un apoderado espagnol ?

Faire des paseos en Espagne sera plus compliqué compte tenu du panorama actuel dans le pays voisin. Mais pas impossible. 

Tomas Cerqueira a officialisé un mano a mano avec Michelito à Boujan en septembre prochain. Le Maire, Gérard Abella, évoque une seconde corrida avec Savalli et Ortiz au cartel. Vous confirmez ?

J’ai été étonné de ces annonces alors que la temporada actuelle n’est pas totalement terminée. Pour Boujan, je ne peux rien dire. A présent, c’est Raul Aranda qui s’occupe de ces négociations.

 

DSC_1443.JPG

DSC_1472.JPG

Les commentaires sont fermés.