Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

04/04/2014

Retour sur l'hommage à Francisco Ruiz Miguel qui sera invité demain à Béziers

corrida du siecle,francisco ruiz miguelIl sera reçu demain à la Maison de Petit Pierre à Béziers (19h, rue Verdier, 20€ apéritif + tapas) par le Cercle taurine El Mundillo. Dimanche, il participera à la Fiesta campera dans les arènes de Béziers qui marquera le début de la temporada biterrois.

Retour sur un torero de légende, Francisco Ruiz Miguel.

Francisco Ruiz Miguel aura marqué l'histoire du toreo comme un des meilleurs spécialistes des corridas dures. Habitué aux toros de Miura,  Pablo Romero, Palha, Murteira Grave, il aura une progression qui épouse celle de Victorino Martin.

Meilleur spécialiste du bétail du sorcier de Galapagar, le Maestro et le ganadero ont uni leurs trajectoire pour atteindre les sommets. Né à San Fernando (Cadiz) en 1949, Ruiz Miguel débute tardivement en novillada piquée à l'âge de 19 ans dans sa ville natale (17/04/1968). Il prendra rapidement l'alternative à Barcelone un an après (27/04/69) des mains de José Fuentes et Manolo Marques devant du bétail de Panadero de Pinto Barreiros.

 Vidéo de Ruiz Miguel et Un Victorino Martin

 

Lire la suite

09:23 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (2) |  Facebook | |

05/12/2012

TOP 10 des toreros: N°7 Sébastien CASTELLA

biographie castella,video castella madridSébastien Castella N°7 des Maestros des 35 dernières années : une ineptie ? Ou un accès de chauvinisme biterrois ? Certainement… quoi que…

Déjà, cette sélection n’a pas la prétention de réaliser un classement des toreros. C’est juste des toreros qui ont marqué 35 ans d’aficion, une vision intime d’un aficionado a los toros.

Mais à bien réfléchir, Sébastien mérite certainement cette place dans ce palmarès même s’il est connoté d’une pointe de protectionnisme. Sébastien, c’est d’abord la trajectoire incroyable d’un gamin animé par une aficion féroce, un homme têtu comme une mule persuadé qu’il deviendrait une figura del toreo.

Qui aurait parié sur la réussite d’un jeune de Portiragnes élevé au Camargue même si son père s’était mis face au toro en novillada non piquée?


Salida a Hombros de Madrid le 2 octobre 2009 face aux Nuñez del Cuvillo

Lire la suite

00:08 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (4) |  Facebook | |

03/12/2012

TOP 10 des toreros: PACO OJEDA N°8

video paco ojeda,paco ojeda,biographie paco ojedaSi le nom de Paco Ojeda restera à jamais associé aux arènes de Séville et de Nîmes où il a joué ses plus belles partitions, le torero de Sanlucar de Barrameda doit une fière chandelle à Max Tastavy, empresa de l’époque des arènes de Béziers.

Lors de ses déplacements en Espagne, le Biterrois avait fait la découverte d’un inconnu dont le nom ne dépassait pas les frontières de l’Andalousie. Après un succès à Béziers en 1982, Paco Ojeda s’imposera dans toutes les arènes françaises et deviendra un révolutionnaire qui allait redessiner toutes les théories sur les terrains du toro et du torero.

Légitimement, Paco Ojeda peut revendiquer un statut équivalent à Juan Belmonte ou Manolete dans l’évolution du toreo.

Son style inspirera des générations de novilleros (Chamaco, Jesulin de Ubrique…) et on retrouve dans le toreo moderne toute la panoplie Ojediste : précisions des toques, immobilisme, qualité des remates qui permet aux Maestro de rester stoïque.   

 

Lire la suite

20:35 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (1) |  Facebook | |

02/12/2012

TOP 10 des toreros: EL VITI N°9

 

El_Viti_.jpgSantiago Martin « El Viti » est né en 1938 à Vitigudino en plein milieu du Campo Charro. Après avoir fréquenté les capeas de la Province de Salamanca dès 1955, le Salmantin débutera en  piquée à l’âge de 19 ans et se fracturera le coude dès sa 2nde  novillada, blessure qui lui interdira d’avoir toute sa mobilité au niveau du bras et donnera naissance à des « pechos » exécutés de manière très personnalisée (sortie sur l’épaule contraire).

Après deux premières temporadas mitigées en novillada, El Viti se fera connaître à Madrid en toréant à 5 reprises à Vista Alegre en 1959 puis en triomphant à Las Ventas la temporada suivante. Ce succès lui permettra de réaliser 35 paseos en 1960. 

 

Lire la suite

12:01 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (0) |  Facebook | |

TOP 10 des toreros: Luis Miguel Dominguin N°10

DOMINGUIN.jpgLa passion pour Manolete conduit naturellement à s'intéresser à la trajectoire de son dernier rival, Luis Miguel Dominguin.

Comme beaucoup de Biterrois, on a eu le privilège, sans le savoir, d'assister le 10 août 1980 à une Festival Taurin historique sur le sable du Plateau de Valras. 

Avoir vu une seule fois le fameux Luis Miguel, au côté d'El Viti, Julio Aparicio et Tino Lopez, pour sa dernière estocade demeure un souvenir privilégié.

Retour sur le parcours d'un Maestro au répertoire complet à travers des vidéos et sur un torero star, ami des plus grands comme Ava Gardner ou Pablo Picasso... 

 

Vidéo de son retour à Madrid en 1957 après 4 temporadas d'absence en Espagne pour se consacrer uniquement à la temporada américaine.

 

Lire la suite

11:00 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (0) |  Facebook | |

Videos du TOP 10 des toreros: on débute par MANOLETE...

manolete,video manolete,histoire du toreoEn cette période hivernale où l'actualité se résume à quelques rumeurs du Mundillo et à la temporada américaine, Corrida y Campo se lance dans un classement des toreros qui ont le plus marqué 35 ans d'aficion.

Ce Top 10 n'a pas la prétention d'établir une hiérarchie dans les toreros depuis 1975 car il n'y a rien de plus ridicule que comparer des artistes ou des maestros d'époques différentes.

Il représente juste les toreros qui m'ont marqué dans les arènes soit par leur dimension artistique, affective ou historique quand, gamin, les anciens me racontaient les faenas des toreros de leur époque.

Ce top 10, que l'on déclinera au quotidien à travers des vidéos, comprendra 12 membres car après avoir établi un listing de 10 toreros, il manquait au palmarès un belluaire, un lidiador capable d'affronter le bétail que les figuras actuelles refusent.

Le choix se portera sur Ruiz Miguel, mais l'actualité m'a fait longuement hésité avec El Fundi.

Mais impossible de parler des toreros qui m'ont marqué sans évoquer Manolete.

Évidemment, il est décédé depuis 65 ans suite à la cornada d'Islero et je ne l'ai jamais connu. Mais, il reste un révolutionnaire du toreo, un personnage mytique et mystique dont la trajectoire me passionne et m'a conduit à lire de multiples livres lui étant consacré. Dommage que le film récemment produit soit si décevant...

 

 

Lire la suite

08:29 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (1) |  Facebook | |

23/11/2012

Entretien avec Alain Montcouquiol "NIMENO"

nimeno 1,nimeno 2,entretien alain montcouquiolAncien novillero, le frère et l’auteur de « recouvre le de lumières » évoquait l'a dernier pour Midi Libre, la trace laissée par Nimeno II à l'occasion de la célébration des 20 ans de sa disparition.

Comment expliquer que 20 ans après sa disparition, votre frère soit devenu à la fois une légende, un symbole et le pionnier des toreros français ?

Même si je ne suis pas objectif car l’affectif domine, je pense que Christian était un homme bien, droit. Il savait provoquer l’empathie et les gens lui témoignent encore leur amitié. C’est aussi le premier professionnel français qui a fait l’unanimité et obtenu de la légitimité dans cette passion, ce métier. Être français et vouloir être matador était une étrangeté. Il a du affronter ce scepticisme en France, en Espagne et en Amérique. Par ces actes, il a envoyé un message de bon sens, prouvant que la passion pour le toro n’était pas une affaire de nationalité. La passion et le courage sont des valeurs universelles. C’est le message qu’a laissé mon frère.

 

Lire la suite

22/11/2012

NIMENO II: Hommage à une passion sans limite

NIMENO II.jpgL’aficion biterroise rendra hommage samedi au célèbre torero Nîmois Christian Montcouquiol, qui a mis fin à ses jours à l’âge de 37 ans le 25 novembre 1991.

Une belle initiative pour célébrer le parcours exceptionnel de ce passionné, doté d’un charisme, d’une gentillesse et d’une volonté rares pour repousser des frontières impensables pour un torero français.

Un homme accessible, intégre, droit, torero.

Une légende pour toute une génération d'aficionados.

Un exemple pour tous les toreros français actuels.

Si aujourd’hui, l’aficion ne s’étonne plus des succès de Sébastien Castella ou Juan Bautista, sortis trois fois chacun par la grande porte de Madrid, vouloir être reconnu comme français et matador de toros était impossible dans les années 70.

Quelques jeunes comme Simon Casas ou Alain Montcouquiol sont partis en Espagne vivre leur rêve sans parvenir à atteindre les sommets. Les aficionados les regardaient avec curiosité voire les prenaient pour des illuminés. Dans leur ombre, le petit frère d’Alain se préparait à devenir torero.

Lire la suite

11:45 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (1) |  Facebook | |

21/11/2012

Nimeno II : 7 triomphes à Béziers et une corrida d’anthologie

nimeno ii,histoire nimeno ii béziers,palmares nimeno ii beziersLes premières passes de Christian Montcouquiol sur le sable du Plateau de Valras se sont déroulées en novillada non piquée où l’on retrouve son nom au cartel le 24 juin 1972.

Après son 1er grand triomphe à Nîmes en piquée au printemps 1975, il fera sa présentation à Béziers le 19 juillet en coupant deux oreilles avant de débuter sa relation avec le célèbre impresario basque Manolo Chopera.

Le 18 juillet 1976, il participera à sa seconde novillada à Béziers et gagnera l’ « oreille d’argent » décernée au triomphateur de la temporada espagnole.

Nimeno II fera ensuite 16 paseos comme matador de toros dans le ruedo biterrois.

Lire la suite

09:12 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (0) |  Facebook | |

26/09/2012

Hommage à Paquirri: Pozoblanco 28 ans déjà...

paquirri4.jpgBientôt 30 ans... A notre modeste échelle taurine, chaque aficionado se rappelle où il était ce 26 septembre 1984 quand une rumeur courait dans l'aficion biterroise que Francisco Rivera Paquirri, le torero chéri du Plateau de Valras, avait reçu un coup de corne à la fémorale dans un pueblo de la Province de Cordoba. Au siège de l'Union Taurine Biterroise se sont retrouvés les aficionados qui ont assisté sans voix à la lente agonie de Paquirri, en direct devant les caméras de TVE.

Lire la suite

21:14 Publié dans Histoire du toreo | Commentaires (2) |  Facebook | |